Les pesticides n’ont plus le vent en poupe, et les jardiniers amateurs se tournent de plus en plus vers des méthodes alternatives. La ville de Caen l’avait compris avant tout le monde, avec des distributions de larves de coccinelles comme alternative aux pesticides depuis plus de 30 ans.

Avant, dès l’arrivée des premiers pucerons ou limaces, on bombardait des pesticides à tout va pour protéger nos jardins. Mais ça, c’était avant. Avant que l’on prenne conscience des effets néfastes des phytosanitaires sur la santé et l’environnement.
Aujourd’hui, de plus en plus de jardiniers amateurs apprennent à se passer des produits chimiques. Et il faut bien s’y habituer, puisque selon la loi Labbé, adoptée en février 2014, la vente de produits phytosanitaires au grand public sera interdite en 2022.

Jusqu’à 150 pucerons avalés par jour
Caen pourrait bien servir d’exemple. Car dans cette ville, cela fait bien longtemps qu’on réfléchit aux alternatives. La ville distribue gratuitement des larves de coccinelles à ses habitants depuis plus de 30 ans.
Pour lutter contre les pucerons, les coccinelles sont plus efficaces que n’importe quel pesticide, en plus d’être plus écologiques et jolies dans le jardin. Les larves sont plus efficaces encore que les coccinelles adultes dévorent jusqu’à 150 pucerons par jour. La ville distribue aussi des chrysopes, petits insectes volants ennemis des pucerons et des chenilles.
L’opération remporte un franc succès, l’an dernier 1500 personnes vont venues chercher des larves.

Achetez le dernier numéro de UP le mag ici

info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires