Les déchets laissés par les grimpeurs, et accumulés depuis la première ascension en 1953, présentent de réelles menaces sanitaires sur le toit du monde et y propageraient des maladies.

Le Népal devra renforcer ses mesures gouvernementales concernant le traitement des déchets et des défections laissés chaque saison par les nombreux randonneurs et adapter ses dispositifs à la constante augmentation des visiteurs du sommet. Elle avait certes mis en place l’an dernier un système de garantie de 4000 dollars que les escaladeurs ne récupéreraient que s’ils ramènent  8 kilos de leurs déchets, mais cette réglementation n’aurait pas été si bien respectée.

En 60 ans, 4000 alpinistes ont parcouru le chemin de l’Everest, le sommet le plus haut du monde et l’un des univers les plus hostiles à l’homme. Atteindre le mont est devenu un symbole d’accomplissement personnel et un record sportif. Autrefois exceptionnelles, ces ascensions se sont popularisées. Les premières remontées comptaient deux à quatre personnes dans les années 1950, et ils sont environ 700 aujourd’hui, et tous les ans, à venir confronter leur force à celles du monstre naturel qu’est le Mont Everest.

info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires