Un sujet en partenariat avec RAJE

Quatre gaz destructeurs pour la couche d’ozone ont été découverts dans l’atmosphère, selon une étude de la revue Nature Geoscience. Les auteurs ont affirmé que ces émissions étaient d’origine humaine et qu’elles n’existaient pas avant les années 1960. En un demi-siècle, 74 000 tonnes des ces quatre gaz auraient été rejetées. Une tendance loin de s’inverser : même si l’homme arrêtait d’utiliser les pesticides et les solvants incriminés par les chercheurs, détruire ces composés gazeux demanderait des décennies. Publiée le 9 mars, cette étude a été menée par six pays (le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Australie, la France, les Pays-Bas et la Suisse).


Commentaires