EN LIBRAIRIE – Aventures chez les transhumanistes, sorti cette semaine aux éditions L’échappée, dépeint le monde obscur mais bien réel de ceux qui voudraient fusionner avec les machines. Sous-titré « Cyborgs, techno-utopistes, hackers et tous ceux qui veulent résoudre le modeste problème de la mort », cet essai sous forme d’enquête est une immersion dans un monde où la science-fiction rejoint notre réalité… déjà augmentée !

Le transhumanisme, le mouvement international prônant l’ouverture du corps humain au potentiel infini des nouvelles technologies, existerait de fait. C’est en tout cas ce que tente de prouver le journaliste et essayiste irlandais Mark O’Connell dans ses Aventures chez les transhumanistes. Son livre raconte ses rencontres avec ces scientifiques, geeks, et gourous des nouvelles technologies, qui préparent à leur manière l’avènement d’un monde où machines et humains ne feraient plus qu’un.

L’enquête, qui prend globalement place aux États-Unis, nous mène des entrepôts de cryogénisation d’Alcor Life Extension en Arizona, au Brain Forum de Zurich où chercheurs du monde entier se regroupent pour évoquer les potentiels et limites de notre conscience biologique. À travers des témoignages concrets, Mark O’Connell aborde petit à petit les fondements philosophiques et historiques du transhumanisme. Derrière son écriture fantasque se construit en effet une réflexion approfondie sur les croyances actuelles liées à la mort.

Quelle réalité derrière les pratiques transhumanistes

Le livre dégage aussi les pistes d’une pensée transhumaniste ancrée dans le réel, où les avancées technologiques actuelles seraient la première étape vers un futur humano-robotique. Que ce soit les expériences actuelles de cyborgs – par l’implant de puces, notamment – aux tentatives de cryogénisation et autres projets de numérisation de l’esprit humain, de nombreux exemples tendent à montrer que penseurs et chercheurs transhumanistes considèrent notre époque comme l’achèvement d’une transition vers un futur humainement augmenté. Exemple frappant quand l’auteur se rend compte que son utilisation compulsive du smartphone est déjà, en soi, une continuité technologique du mouvement de sa main.

Le livre Aventures chez les transhumanistes est une enquête du journaliste irlandais Mark O'Connell dans le monde futuriste de ceux qui veulent résoudre le problème de la mort.Des croyances qu’O’Connell s’applique tout de même à démystifier, en les ramenant systématiquement à un degré de réalité raisonnable. Il se plaît à opposer à ses interlocuteurs un pragmatisme sans faille, mais se laisse aller en off à des doutes et questionnements existentiels, qui découlent naturellement d’un futur potentiellement transhumaniste. L’intelligence artificielle par exemple, concept largement approfondi dans le bien-nommé chapitre « Rêve ou cauchemar ? », est à l’origine d’un débat bien réel dans la communauté scientifique actuelle, poussant les dirigeants de grande firmes à émettre des doutes sur notre capacité à la contrôler !

L’auteur est fasciné par son sujet, et par les geeks qui peuplent son récit. Il introduit ponctuellement des descriptions touchant à l’absurde : ici un interlocuteur décrit par sa manière d’ingurgiter des pistaches pour marquer l’originalité du point de vue d’un écrivain humain ; là sa femme jouant avec son enfant, moment intime qui prouve la particularité des interactions humaines. Il imagine tout au long du livre les limites de consciences artificielles, en cultivant sa singularité d’être humain.

Une réalité dont il faut questionner les risques

La grande force du livre réside donc dans le recul critique que s’impose l’auteur. S’il aime à se prendre aux jeux des théories d’anticipation des transhumanistes, c’est pour mieux se mettre à leur place, et développer une pensée critique des dérives de l’innovation. Il projette à un moment l’impact sur des consciences humaines dématérialisées, de publicités ou autres contrôles plus insidieux, à l’attention de ceux qui ne possèderaient pas une version premium. Une image qui prend son sens, quand en ce moment l’omniprésent Facebook est en pleine crise pour son incapacité à protéger ses utilisateurs.

On rencontre au long des 261 pages du bouquin ces figures inconnues du transhumanisme : Anders Sandberg, Ray Kurzweil, Max et Theresa Vita-More etc. Autant d’individus qui, du siège de Google aux plus prestigieuses universités, s’activent au quotidien pour réaliser leurs utopies futuristes. Si des voix discordantes s’expriment régulièrement, l’auteur maintient l’ambiguïté d’un possible devenir transhumaniste, pour mieux pousser son récit. Aventures chez les transhumanistes fait en tout cas le lien entre les fantasmes des partisans du transhumanisme, et la frontière très fine que l’explosion technologique actuelle forme avec ses théories.

Aventures chez les transhumanistes, de Mark O’Connell, paru aux éditions L’échappée, actuellement disponible en librairies, 20 euros.

Commentaires