Uxb1wm6r-80

INITIATIVE LOCALE – L’association ACTA VISTA organise des chantiers d’insertion dans des bâtiments prestigieux, un peu partout en France, à destination de personnes éloignées de l’emploi. Exemple à Marseille.

Surplombant le vieux-port, face au fort Saint-Jean, le fort Saint-Nicolas offre une jolie vue sur la cité phocéenne et la Méditerranée. Ce bâtiment classé Monument historique est actuellement en rénovation. Ici, des personnes éloignées de l’emploi viennent apprendre la maçonnerie du bâti ancien, et les métiers liés à la métallerie, grâce aux chantiers d’insertion organisés par l’association ACTA VISTA depuis plus de dix ans.

La rénovation du fort Saint-Nicolas de Marseille est le projet phare de l'association de réinsertion ACTA VISTA.Le Fort Saint-Nicolas a été construit sous Louis XIV pour dissuader les Marseillais de toute envie de rébellion. Détruit en partie pendant la Révolution, il a par la suite servi à différents services de l’armée, dont des services vétérinaires jusqu’en 2011. Grâce aux chantiers organisés par ACTA VISTA, le fort retrouve progressivement son apparence d’antan. Les pierres d’origines ont été conservées et replacées, les remparts sont sécurisés et les bâtiments retrouvent leurs dessins d’origine. Le tout, sous le contrôle de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), des architectes de bâtiments de France (ABF) et de l’Architecte du Patrimoine, qui suit le projet.

Une formation qualifiante

« Confier à des personnes en difficulté ce que nous chérissons le plus permet d’agir sur un levier de fierté et de confiance en soi et d’accroître les chance d’inclusion », explique Paquerette Demotes-Mainard, responsable de la communication et des partenariats pour l’association. ACTA VISTA organise d’autres chantiers ailleurs en France, employant 450 salariés en insertion chaque année. « En 2009, nous avons été les premiers chantiers d’insertion à mettre en place une formation qualifiante », précise Céline Yordikian, directrice de BAO Formation, organisme partenaire de l’association. Cette particularité permet aux salariés d’obtenir un titre professionnel de niveau 5 équivalent CAP.

La rénovation du fort Saint-Nicolas de Marseille est le projet phare de l'association de réinsertion ACTA VISTA.Chaque semaine, les salariés, employés pour 6 mois renouvelable une fois, alternent entre des activités sur le chantier et d’autres organisés dans l’enceinte de l’établissement. « En atelier, nous travaillons l’enduit, le coffrage ou encore le dallage, en créant des murs en moellons sous forme de maquettes. Cela permet d’apprendre les savoir-faire nécessaires pour la certification, et d’être plus à l’aise sur le chantier », explique Quentin Rigal, encadrant technique formateur. Le long des remparts où sont dressés des échafaudages, Noël Barnier, qui occupe la même fonction, guide son équipe et transmet son savoir-faire afin de réaliser des travaux de restauration dans les règles de l’art. « On bosse, mais on rigole bien aussi, tout se fait dans la joie et la bonne humeur », confie-t-il. Il n’y a qu’un sujet sur lequel on ne rigole pas : les horaires, qui doivent être strictement respectés. « Toute la pédagogie est basée sur le geste, en situation réelle de production, et cela permet de faciliter l’apprentissage des personnes souvent exclues des dispositifs classiques de formation », précise Céline Yordikian.

Bâtir un projet de vie

Pour les salariés, orientés par les services publics de l’emploi (Pôle emploi, Missions Locales, PLIE…), cette aventure doit être un tremplin. Ils sont accompagnés dans leur parcours d’insertion professionnelle par des « chefs de projet ». « Notre mission consiste notamment à poser un diagnostic avec eux, pour voir sur quelles problématiques il faut travailler. Ça peut être par exemple la langue, le permis de conduire, le logement, le surendettement ou encore l’isolement social », explique Béatrice Métayer. « Nous essayons de résoudre ces problématiques pour que la personne devienne employable », poursuit son collègue Gilles Bertholet. L’accompagnement se fait de manière individuelle, au quotidien sur les différents sites.

La rénovation du fort Saint-Nicolas de Marseille est le projet phare de l'association de réinsertion ACTA VISTA.Et les résultats sont là. « 92 % des salariés obtiennent une qualification, et à l’issue de leur parcours, deux personnes sur trois sortent soit avec un emploi, soit avec un nouveau parcours de formation », précise Céline Yordikian. Sachant que, parmi ces personnes, la moitié a un projet professionnel dans le secteur du bâtiment et l’autre moitié dans un autre domaine tel que le nettoyage, la logistique, ou la grande distribution. « Même s’ils ne restent pas dans ce secteur, les compétences humaines qu’ils acquièrent ici sont utiles. Leur parcours chez ACTA VISTA et l’obtention d’une qualification rassure de futurs employeurs quant à leurs capacités d’adaptation et d’acquisition de nouvelles compétences », souligne Paquerette Demotes-Mainard.

Parmi les salariés, Jordan Champigny, 23 ans, par exemple, ne compte pas travailler dans le bâtiment. « N’ayant pas trouvé de travail en lien avec mon bac horticole, et n’ayant pas de famille sur qui compter, je cherchais un métier pour payer mon loyer mais j’étais un peu perdu. Quand la Mission locale m’a parlé d’ACTA VISTA, j’ai sauté sur l’occasion. Ici, on m’aide à faire mon CV, trouver des stages, et La rénovation du fort Saint-Nicolas de Marseille est le projet phare de l'association de réinsertion ACTA VISTA.j’apprends des choses utiles même si je ne veux pas travailler dans le bâtiment par la suite. Je n’imaginais pas qu’il fallait être aussi précis pour refaire un mur ! », explique-t-il. Jordan envisage plutôt de trouver un métier dans le commerce. Mais en attendant, il apprécie cette expérience, car sa vraie passion est l’histoire. Et côté histoire, ici, on est servi.


Commentaires