EN BREF – Le ministre écologiste veut proposer l’instauration d’un menu végétarien une fois par semaine dans les cantines scolaires.

Nicolas Hulot explique, dans un entretien accordé à l’Obs, le 29 novembre, ne pas être végétarien. « Dans ma famille, nous sommes cinq, deux d’entre nous (le sont). Les trois autres, dont moi, ne mangeons plus que de la viande qu’une fois par semaine », explique l’ex-animateur télé. Chacun son chemin, et c’est aussi une affaire d’éducation. Je souhaite donc que, prochainement, les cantines scolaires proposent aux enfants un menu végétarien un jour par semaine. »

Sa déclaration va dans le sens du think tank Terra Nova, proche du PS, qui invite, notamment, à la mise en place d’un repas sans protéine animale dans les cantines des collèges et des lycées. Et ce, pour réduire la consommation de viande qui explose, explique Le Monde.

L’alimentation « trop carnée »

Certaines mairies ont déjà mis en place ce genre de menu alternatif, comme dans le IIe arrondissement parisien. Depuis septembre 2017, les élèves des écoles élémentaires de cet arrondissement, dont le conseil municipal est présidé par l’écologiste Jacques Boutault, ont le choix entre un repas avec viande, poisson ou œuf, et un menu végétarien. Et depuis 2009, les enfants bénéficient également d’un repas sans viande hebdomadaire. « L’alimentation trop carnée, précise, au Parisien, le maire Jacques Boutault, est à l’origine de maladies tels que l’asthme ou le diabète et de problèmes de surpoids et d’obésité. Il est important de sensibiliser les jeunes aux vertus des protéines végétales pour le goût et l’équilibre alimentaire ».

À lire aussi : Les cantines scolaires 100 % bio, c’est pour quand ?

Dans cette interview, on apprend également que le ministre veut « conduire une réflexion sur la condition animale ». Pour lui, « l’animal a une conscience ». Interrogé sur la souffrance animale, il glisse par exemple qu’on ne le verra jamais « à une corrida ». Concernant l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques, il répond en outre que cela ne lui « plaît pas ».

Commentaires