EN BREF – Les États membres de l’Union européenne se sont mis d’accord pour autoriser l’utilisation de l’herbicide controversé du géant de l’industrie agrochimique sur son territoire encore 5 ans.  

Après deux ans de négociations, les États membres de l’Union européenne, réunis au sein d’un comité d’appel, ont finalement décidé de renouveler le produit phare de Monsanto jusqu’en 2022. Dix-huit pays ont voté en faveur de la proposition de l’exécutif européen, neuf s’y sont opposés dont la France et l’Italie et un pays s’est abstenu. L’Allemagne qui ne s’était pas positionnée lors des précédents votes a finalement voté en faveur d’un renouvellement pour cinq ans. Depuis plusieurs mois, aucun consensus ne s’était dégagé sur ce dossier alors que la licence d’exploitation de l’herbicide  arrivait à échéance le 15 décembre prochain.

Une molécule toujours controversée 

Le glyphosate a été pendant de longs mois au cœur d’intenses débats, depuis son classement en 2015, par le Centre International du Cancer, comme « cancérogène probable » pour les êtres humains. Si, dans un premier temps, la Commission européenne avait proposé aux États membres de prolonger la licence du glyphosate pour encore une décennie, elle a été obligée de revoir sa copie, devant l’absence de consensus et face à la mobilisation de la société civile. L’été dernier, une initiative citoyenne européenne avait recueilli plus d’un million de signatures pour demander l’interdiction du glyphosate. Des scientifiques, des ONG et des associations de médecins s’étaient associés à ce mouvement.

La France, favorable a un renouvellement de trois ans maximum, a fait également entendre sa voix en restant ferme sur sa position. Le glyphosate est déjà interdit d’utilisation dans l’Hexagone depuis le 1er janvier 2017 dans les espaces verts gérés par les collectivités. Cette interdiction sera étendue aux particuliers d’ici le 1er janvier 2019. Le glyphosate, très utilisé par les agriculteurs, représente 25 % du marché mondial des désherbants.

MAJ : Après le vote, Emmanuel Macron a promis, sur Twitter, d’interdire le glyphosate dans les trois ans, le temps de trouver des alternatives.


Commentaires