La mairie de Paris a lancé lundi sa première expérience de baignade urbaine dans le bassin de La Villette. Jusqu’au 14 septembre, 1 500 personnes par jour pourront profiter gratuitement de piscines naturelles, au cœur de la capitale.

Trois bassins longent cet été le bassin de La Villette, dans le 19e arrondissement de Paris : un bassin nageur de 2 mètres de profondeur, un petit bain de 1,20 mètre, et une pataugeoire de 40 centimètres. Inaugurés mardi par Anne Hidalgo, nous y sommes allés le jour-même pour tester l’initiative. Car, malgré les infrastructures, la baignade se fait directement dans l’eau verte du bassin.

« Sur le principe, c’est comme des grosses passoires », nous explique Thierry, chef d’équipe de la ville de Paris chargé de l’entretien des plages, en ajoutant qu’il s’agit bien de « l’eau du canal dans les bassins ». Une eau puisée par le canal de l’Ourcq dans la rivière du même nom. « La qualité de l’eau est analysée en amont, et, sur place, nous avons des appareils de mesure pour vérifier que les écarts correspondent bien, pour avertir les différents usagers, et évacuer si besoin. »

Et, à l’approche, pas d’odeur de chlore ou de sel, seulement celle des crèmes solaires ! Les 480 personnes présentes plongent sans hésiter, sans se soucier des algues qui titillent les pieds au font des bacs. Comme au naturel, nous confirme Thierry : « Le courant naturel fait un brassage, il n’y a pas d’eau stagnante, c’est mieux qu’un étang ! »

A lire aussi : Les  JO à Paris en 2024 ? Une idée pour accélérer le changement selon WWF

Un projet à vocation écologique… et olympique

La ville garantit donc une baignade sans danger sanitaire, les seuils de pollution étant particulièrement surveillés pour un accès public. Mais, au-delà des baigneurs, qu’en disent les anguilles, carpes, et autres gardons présents dans les canaux parisiens ? « Au niveau de l’impact environnemental, il n’y a rien de dangereux », estime Thierry, « du fait que ça reste des bassins isolés, la faune et la flore sont protégées, hormis peut-être des petits alevins qui passent entre les mailles ! »

La ville de Paris communique en tout cas fortement sur l’aspect écologique de cette démarche, mais aussi sur le rôle social de la baignade. L’expérience semble être ici positive, selon Thierry : « Hier j’ai parlé avec des gens de Paris, mais aussi de la proche banlieue. C’est une initiative insolite, c’est sûr, mais la gratuité attire les différents usagers. »

De Jacques Chirac à Nathalie Kosciusko-Morizet, les responsables politiques parisiens ont souvent promis des baignades insolites dans la métropole. L’actuelle maire Anne Hidalgo en a donc fait un véritable enjeu, depuis le lancement en 2015 du plan « Nager à Paris » : espace de baignade au lac Dausmenil, piscines écolos. En ligne de mire :  l’organisation d’épreuves olympiques dans la Seine (et plus, si affinités !).


Commentaires