•  
  •  
  •  

Depuis plus d’un an, manifestants et pouvoirs publics s’affrontent. L’enjeu ? La construction d’un centre d’enfouissement de déchets nucléaires, qui fait débat jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat. Les partisans du projet viennent de remporter, le 18 mai, une victoire. Les opposants écolos crient au scandale.

Nicolas Hulot, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, va avoir du pain sur la planche… très vite. Une loi votée en juillet 2016 prévoyait la création d’un centre d’enfouissement de déchets nucléaires, nommé Cigeo (Centre de stockage profond de déchets radioactifs français) mis en œuvre par l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Or, le projet, situé sur le Bois-Lejuc dans le hameau de Bure, a suscité un véritable tollé, c’est peu de le dire.

Une colère redoublée par le fait que l’Andra avait déjà commencé, en juin 2016, à préparer le terrain menant à la construction de ce centre d’enfouissement de déchets nucléaires. Les opposants, qui ont plusieurs fois empêché ces travaux, ont aussi remporté plusieurs victoires, notamment celle menant à la suspension des travaux de préparation à la construction du centre, et la cession du Bois-Lejuc à l’Andra.

A lire aussi : Faire le choix de l’électricité renouvelable : un pari gagnant

Victoire de l’Andra

Un micmac administratif et judiciaire qui a poussé le Tribunal administratif de Nancy à régler le cas litigieux. La juridiction de Meurthe-et-Moselle, qui avait annulé la cession du Bois-Lejuc à l’Andra, a appelé la commune voisine de Bure, Mandres-en-Barrois, à se prononcer par un vote municipal. Le 18 mai dernier, la commune a voté majoritairement (6 voix contre 5) la cession de ce bois. Une délibération qui a mené à des débordements en marge d’une manifestation au cours de laquelle opposants et forces de l’ordre se sont affrontés…

Le réseau Sortir du nucléaire a au sujet de ce vote parlé de « simulacre de démocratie ». Et accuse « cinq membres du conseil municipal, le maire en tête », d’être « en situation de conflit d’intérêts en raison des liens directs et indirects qu’ils entretenaient avec l’Andra ».

L’Andra, écrit Francetvinfo, ne pourra, pour l’heure, pas continuer les travaux qu’elle avait déjà entamés, le Bois-Lejuc étant occupé par les manifestants. La lutte se poursuit.


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires