•  
  •  
  •  

La dessinatrice Emma a diffusé sur Facebook sa dernière bande dessinée. Fallait demander montre avec humour que les hommes organisent et planifient beaucoup moins les tâches ménagères que leurs compagnes. Succès garanti : près de 210 000 personnes ont partagé ces quelques planches en 8 jours.

La bande dessinée commence par une expérience vécue, une anecdote marquante pour la narratrice. Elle est invitée par une collègue, une maman de plusieurs enfants, qui finit de cuisiner tout en aidant  l’un de ses gamins à dîner, telle une Chiva dotée de plusieurs bras. Si bien que le désastre arrive : la casserole déborde ! Le mari, tranquillement installé dans le salon à discuter avec la narratrice, lâche alors : « Oh là là, le désastre ! Mais qu’est-ce que t’as fait ? Elle répond tout de go qu’elle a « tout fait« . Réplique de son compagnon : « Fallait me demander, je t’aurais aidée ».

Un peu plus loin, la narratrice, en fait la dessinatrice Emma, montre une femme découvrant que la vaisselle n’a pas été faite. Réponse, cinglante, de Monsieur : « Mais tu ne m’as pas demandé. ».

Crédit: Emma

Crédit: Emma

A lire aussi : une BD pour mettre un terme aux idées reçues sur les précaires

« La charge mentale »

D’après des chiffres datant de 2010 de l’Insee, les femmes prenaient en charge 64% des tâches domestiques et 71% des tâches parentales au sein des foyers. Emma, face à ce contexte, rappelle dans ses planches que les femmes organisent, planifient, décident davantage. C’est ce qu’elle appelle « la charge mentale », c’est-à-dire le fait de devoir « toujours y penser ».  En somme, les hommes font si on leur demande ; sinon, ils prennent moins l’initiative.

Interrogée par Grazia, Emma raconte être devenue féministe quand elle est devenue mère. Après la naissance de son fils, elle a réalisé qu’elle avait le « même problème » que ses amies. « Le fait de devoir laisser tomber tellement de choses pour pouvoir organiser la vie de mon foyer m’a toujours semblé profondément injuste. J’avais besoin d’extérioriser ce ras-le-bol », précise-t-elle encore au magazine.

Et ce n’est pas passé inaperçu, loin de là : en quelques jours, près de 210 000 personnes ont partagé la BD sur Facebook, sans compter les likes des photos. Certaines personnes en ont profité pour remercier Emma. « Ce n’est pas spécialement un truc de parents », réagit l’une d’entre elles. « C’est tellement ça », dit une autre.

Pour prendre connaissance de la BD, c’est par ici.

up10

Retrouvez l’article « Elliot Lepers, écolo geek » dans la 10ème édition d’UP le mag.

Dossier spécial : Qualité de l’air – Comment mieux respirer demain ?

-> Découvrir le sommaire et le numéro

-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 2 Avis

Commentaires