Une fois les légumes pour la ratatouille épluchés, on a souvent le réflexe de les jeter. Mauvaise idée ! Les épluchures de courgettes, de pommes de terre, de tomates, et même les restes de viande peuvent être réutilisées. Marie Cauchard vous livre toutes ses recettes dans Les Epluchures : tout ce que vous pouvez en faire pour les sublimer. 

Férue d’initiatives durables et d’économie circulaire, Marie Cochard a collaboré au magazine Green Attitude en qualité de rédactrice en chef.

« Pas moins de 50 % de denrées alimentaires dans le monde terminent chaque jour à la poubelle, tandis que la moitié de la population mondiale meurt de faim. Comment peut-on donc continuer de jeter les yeux fermés ? Réduire sa production de déchets est aujourd’hui une question de survie pour la planète. » Dès l’introduction de son livre, la journaliste adepte de l’écologie positive Marie Cochard nous alerte sur la situation actuelle : le gaspillage alimentaire ne va pas de soi, et il est grand temps d’y remédier.

Les Epluchures : tout ce que vous pouvez en faire (éditions Eyrolles) ne se veut pourtant pas alarmiste, mais plein d’optimisme. Car il donne mille et une solutions pour ne plus gâcher nos noyaux d’abricots, nos coquilles d’huîtres ou d’œufs, nos peaux de poissons, nos fanes de carottes, nos morceaux de pain rassis ou encore nos pépins de citrons. Comme disait le scientifique révolutionnaire Antoine de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme. »

À lire aussi : 5 entrepreneuses engagées pour la planète

Recettes de cuisine et astuces beauté

Suite au 1er Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire signé par l’État, un 2e Pacte a vu le jour pour une durée de 3 ans (2017-2020). Un objectif a été fixé : réduire de moitié le gaspillage à horizon 2025. @Biosphoto

Aujourd’hui, en France, les poubelles à déchets organiques sont encore trop rares dans les cuisines, même si certaines communes les proposent déjà, comme à Colmar et à Lorient.

A Paris, depuis le 4 mai, les habitants des IIe et XIIe arrondissements sont invités à le faire aussi. D’ici la fin du mois de juin, 120 000 Parisiens vont avoir la visite d’un ambassadeur de tri. Ces employés municipaux vont venir leur offrir un bac en plastique, des sacs biodégradables et un guide pour leur expliquer ce qu’il peuvent mettre dedans : épluchures de légumes, restes de poissons, viande, sachets de thé, marre de café et même les cartons souillés.

Pourquoi attendre ? Marie Cochard vous propose d’apprendre dès à présent à les réutiliser. Dans une mise en page aux couleurs pop et résolument inspirante, elle nous livre ses plus précieuses astuces. Des conseils hérités de nos anciens, qui savaient recycler jusqu’au bout leurs denrées alimentaires. Par exemple, comment cuisiner une délicieuse quiche aux fanes de carottes, transformer des coquilles d’œufs en pots à semences,  se détoxifier en sirotant une infusion de feuilles d’artichaut, ou encore exfolier sa peau avec des noyaux d’abricots. C’est tout simplement bon, et merveilleusement inventif !

À lire aussi : Gaspillage alimentaire : la restauration contre-attaque

Le upcycling, en marche !

Le plus de ce livre, ce sont les portraits de jeunes acteurs engagés contre le gaspillage alimentaire que dresse Marie Cochard. Il y a parmi eux, Marielle qui créé du cuir à partir de peaux de poissons, Colette qui concocte de délicieuses confitures Re-belle(s) à base de fruits et de légumes « disqualifiés » par la grande distribution parce que trop moches ou en surplus, ou encore Aurélia, et sa marque Whole, qui métamorphose des déchets organiques en teintures naturelles.

La bière réalisée à partir de pain frais recyclé est une initiative s’inspirant de la civilisation Mésopotamienne. @Brussels Beer Project

A l’étranger aussi, les Géotrouvetout de l’upcycling ont de la ressource. Ainsi, Marie Cochard est allée à la rencontre de Rob, installé à Bruxelles. Ce bioingénieur de formation a eu l’idée d’élaborer une bière à partir de pain frais recyclé. « Lancée en février 2015, la bière Babylone a fait l’effet d’une bombe dans le milieu brassicole, raconte l’auteure. Ainsi, une demi-tonne de pain blanc et de pain gris invendus arrive en camionnette à l’Atelier Groot Eiland, situé à Molenbeek Saint-Jean, est réduite en farine pour donner naissance à 4 000 litres de breuvage. Chaque bouteille de bière (33 cl) contenant l’équivalent d’une tranche et demie de vieux pain ! »

De quoi faire mousser dans nos esprits des idées pleines de saveurs qui raviront les papilles des générations actuelles, et futures.

UP51Ce sujet vous intéresse?

Retrouvez l’article « Anti gaspillage dans les marchés de gros » dans la 5ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 5 Avis

Commentaires