C’est l’une des dernières mesures de l’actuel gouvernement. Mercredi dernier, l’équipe (encore) au pouvoir a signé une nouvelle législation concernant les parcs qui abritent dauphins et orques. Le texte durcit les normes et ce, pour mieux respecter leur bien-être, et interdit la reproduction de ces bêtes en captivité.

La législation sur le fonctionnement des établissements détenant des cétacés, des dauphins et des orques, n’avait pas été renouvelée depuis 1981. C’est désormais chose faite, après une longue discussion entre l’Etat, les professionnels et les ONG de défense des animaux. Tout a été fait, en deux temps.

Première étape en milieu de semaine dernière : un arrêté interministériel a été signé par Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement. Pour garantir le bien-être de la faune aquatique, on apprend alors que des normes plus sévères seront mises en place. Le texte impose aux parcs abritant orques et dauphins d’augmenter d’au moins 150 % la surface des bassins pour que les animaux puissent être un peu plus éloignés des visiteurs. La surface minimale doit être de 3 500 m² pour les orques et de 2 000 m² pour les dauphins – contre 800 m² selon le règlement qui date de 1981 -, rapporte Le Monde . L’immersion du public au sein des bassins contenant des dauphins est désormais proscrite. Enfin, le chlore est dorénavant interdit dans le traitement de l’eau. Ces règles seront à appliquer d’ici six mois et vont nécessiter, pour certains parcs, des travaux de mise en conformité dans un délai de trois ans.

A lire aussi: L’association L214 fait condamner un abattoir bio du Vigan

2 000 dauphins détenus dans le monde

Seconde étape : la publication au journal officiel de cet arrêté qui intervient quelques jours plus tard. Et, là, grosse surprise, on apprend qu’une nouvelle disposition y a été intégrée. Et non des moindres : le texte interdit dorénavant la… reproduction des cétacés vivant en captivité. La version « précédente » de l’arrêté prévoyait simplement un contrôle accru de la reproduction des orques et des dauphins (possible seulement si la taille du bassin est suffisamment importante).

Victoire, donc, pour les ONG, qui défendaient la mesure. 20 Minutes précise qu’elles n’avaient pas été prévenues de ce changement de dernière minute.

Cela signifie en tout casque la génération actuelle sera la dernière en captivité. « Plus de 2 000 dauphins et 50 orques sont détenus dans des parcs marins sur la planète, écrit le journal Le Monde. En Europe, 34 delphinariums abritent 260 dauphins, tandis qu’en France, Marineland en détient 11 (ainsi que 4 orques), le Parc Astérix 7, Planète sauvage 8 et le Moorea Dolphin Center 3.»

A lire aussi : Des larves mangeuses de plastique pour lutter contre la pollution ?

Les dauphins en captivité moins malades que les cétacés sauvages ?

A la suite de cette décision, Le Monde a interrogé Rodolphe Delord, président de l’association française des parcs zoologiques, directeur du zoo de Beauval (Loir-et-Cher). Celui qui a participé à l’élaboration du texte, semble fâché : « On avait obtenu un arrêté de très haut niveau avec des avancées. Mais l’interdiction de la reproduction va à l’encontre du bien-être animal car ces animaux sont faits pour se reproduire. Et vous imaginez dans quel état se trouve le personnel qui travaille avec eux ? »

A peu près au même moment, on a appris (par le Huffington Post) que la revue américaine Plos one avait publié une étude révélant que les dauphins sauvages sont davantage malades que les dauphins vivant en captivité. « Cela s’explique par leur contact avec des pathogènes, des parasites et des polluants dans l’océan qui sont absents dans les aquariums« , analyse Patricia Fair, professeure à la faculté de médecine de l’Université de Caroline du Sud.  L’étude, dont elle est co-initiatrice, nous apprend que les cétacés sauvages sont nombreux à souffrir d’inflammations chroniques. L’enquête ne concerne néanmoins que les cétacés aux Etats-Unis.

up10Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Produire de la viande bovine dévore notre planète » dans la 10ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires