•  
  •  
  •  

Pour lutter contre la solitude des seniors, les mauvaises habitudes alimentaires des étudiants, et surtout créer du lien social intergénérationnel, une startup propose aux jeunes de déjeuner chez des personnes âgées. Une initiative solidaire, bon marché et conviviale.

En 2015, la jeune Énora Goulard, alors étudiante en publicité, a l’idée de créer Paupiette, une startup qui réunit étudiants et seniors autour de déjeuners, d’abord à Quimper, puis à Bordeaux et depuis peu à Paris. Sur la plateforme, l’hôte renseigne ses critères (nombre de convives, date, menus), la mise en relation est ensuite validée par un coordinateur, puis les jeunes sont accueillis au domicile de l’hôte, moyennant 4€ pour un plat, 5€ pour l’entrée ou le dessert en plus du plat ou 7€ pour les trois.

« Le nom Paupiette vient du fait qu’il s’agisse d’un plat de grand-mère assez convivial, qui demande une longue préparation, et ça évoque aussi les noms de grand-mères qu’on connait comme Jeannette, Suzette ou Paulette », confiait la jeune entrepreneuse à vivrefm. Loin des plats cuisinés à la chaîne par les restaurants universitaires ou des alternatives junkfood à bas prix, sur Paupiette, les seniors proposent de cuisiner de bons petits plats : tajine citron et olives, confit de canard, framboises au mascarpone…

À lire aussi : Coloc’ intergénérationnelle, tout le monde y gagne

Des échanges intergénérationnels

Béatrice est ravie d’avoir invité ces jeunes étudiantes le temps d’un déjeuner.

Mais Paupiette ne se résume pas aux savoureuses recettes de grand-mère. L’idée est surtout de profiter du déjeuner pour passer du bon temps, échanger, créer un lien intergénérationnel entre des étudiants et des seniors, qui peuvent parfois souffrir de solitude. « Nous ne sommes pas le Blablacar des déjeuners. Si on n’a pas envie de passer un vrai moment d’échange, autant rester sur son muret avec son panini et son smartphone », lançait Énora Goulard au Figaro.

Car les rencontres via Paupiette sont synonymes de transmission. Transmission des personnes âgées aux étudiants bien sûr, mais aussi l’inverse. « J’adore cuisiner des plats traditionnels, j’essaie de préparer aux étudiants des plats qu’ils n’ont pas au quotidien et ça me permet aussi de rester dans le bain des jeunes ! », racontait Françoise, jeune retraité.

À lire aussi : Apprendre à bricoler avec des seniors

Une belle idée qui grandit

Même s’il n’est pas toujours simple pour la fondatrice de trouver des personnes âgées prêtes à accueillir de jeunes inconnus, l’initiative réunit déjà une centaine de membres actifs, convaincus par le concept. Paupiette a d’ailleurs remporté, en janvier dernier, un Trophée Économie Sociale et Solidaire, décerné par le département de la Gironde.

Après la capitale en avril, la startup pourrait à nouveau s’étendre à d’autres villes. « Nous échangeons avec des bénévoles pour la rentrée », informe la fondatrice au sujet de la ville de Nantes. Au-delà des déjeuners, Paupiette entrevoit également de se développer aux diners, aux ateliers et éventuellement à des cours de cuisine.

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « L’enjeu des relations entre générations, c’est la solidarité » dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

  •  
  •  
  •  

Commentaires