•  
  •  
  •  

De nombreux fumeurs jettent parfois leurs clopes par terre. Une startup imagine, à Lille, une solution pour les collecter puis les envoyer dans un centre de tri, en France.

C’est en se baladant dans les rues, en passant devant les bars, que l’on se rend compte du problème. La ville de Paris l’a pris à bras-le-corps en dégainant 1 800 brigadiers chargés de verbaliser en cas de nuisance – et jeter un mégot au sol en est une. Le geste coûte cher : un PV de 68 euros. Et pour cause ce geste-là est anti-écolo, tant la cigarette se dégrade lentement – au bout de 12, 13 ans, environ. Chaque année, la mairie parisienne en ramasse 350 tonnes (et la municipalité dépense 500 euros par jour), sans compter les cigarettes déversées dans les égouts polluant les eaux et qui finissent leur vie dans l’océan.

La ville de Lille a lancé une campagne de communication pour lutter contre les mégots de cigarettes qui salissent et polluent les rues.

Partant du principe que chaque citoyen peut faire sa part, sa part du colibri, certains se mettent au ramassage. Ils incitent les fumeurs à ne pas laisser au sol leurs mégots, mais plutôt à les mettre à la poubelle. À Lille, Alice Comble a imaginé une borne pour collecter les clopes fumés ainsi que les chewing-gums. Et cela, dans le cadre d’un « challenge entrepreneurial », mis en place par son école d’ingénieurs Télécom-Lille. Sur France Bleu, l’initiatrice, « écolo dans l’âme », explique avoir sauté le pas car il s’agit du « premier déchet mondial ». L’enjeu ? Que jeter sa cigarette devienne une habitude.

À lire aussi : La seconde vie des mégots

« Borne to recycle »

L’initiative, suivie par le réseau d’étudiants Animafac et l’association Ticket for change, prend de l’ampleur et, pour se développer, la jeune startuppeuse s’associe avec Solène Cormont. Greenminded est incubée à Euratechnologies Lille.

Son objectif ? Proposer, dans quelques semaines, sa « borne to recycle » à des établissements scolaires, à des entreprises ou, encore, des collectivités locales, ce qui permettrait de collecter les mégots sur la voie publique (et privée). Et, ensuite, de les envoyer dans l’unique centre de recyclage français dédié à ce type de déchet, que Eco Action +, spécialisée dans la collecte de déchets de bureau, a ouvert en Bretagne.

À lire aussi : Lilo, un moteur de recherche solidaire

Des conteneurs ludiques

Un moyen ludique d’inciter les citoyens à mettre leurs mégots à la poubelle.

Les deux fondatrices de Greenminded ont imaginé des conteneurs intelligents ludiques : quand un utilisateur jette quelque chose, il donne son avis sur un sujet en répondant à une question. Qui est le meilleur joueur de foot : Messi ou Ronaldo ? Êtes-vous heureux aujourd’hui ? Réponse A ou réponse B ?

Alice et Solène, soutenues par le moteur de recherche solidaire Lilo, aimeraient proposer leur mobilier urbain sur tout le territoire d’ici 2018, écrit Les Echos. En attendant, Greenminded a démarré une campagne de crowdfunding sur Leetchi et souhaite récolter 5 000 euros.

La Fondation Norbert Ségard, qui octroie des subventions afin d’accompagner les startups innovantes et technologiques, soutient Greenminded

 

up81Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Objectif zéro gâchis » dans la 8ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires