•  
  •  
  •  

On ne compte plus le nombre de plateformes de crowdfunding spécialisées. Lumo propose aux internautes d’investir dans des projets de productions d’énergies renouvelables.

Selon RTE France, l’électricité renouvelable couvrait, en 2016, 19,6 % de l’électricité consommée. C’est surtout grâce aux filières solaire et éolienne que les énergies renouvelables électriques peuvent croître. L’an dernier, l’hydraulique représentait 12,2 % de l’électricité consommée, l’éolien 4,3 %, le solaire 1,7 % et les bioénergies 1,4 %.

Mais ce n’est que le début. L’idée, afin d’atteindre l’objectif de 40 % de production d’électricité de source renouvelable en 2030, est de booster la création de parcs éoliens et hydrauliques. Et Lumo tente d’y contribuer à son niveau. Lumo ? Un site web de crowdfunding consacré à la transition énergétique et aux projets de production d’énergies vertes.

À lire aussi : Quand les citoyens reprennent la production d’électricité en main

Énergie verte

Conception de serres photovoltaïques pour une activité agricole, construction d’une centrale hydro-électrique dans le département des Hautes-Alpes, ou d’éoliennes dans le Pas-de-Calais au niveau des communes d’Erny-Saint-Julien, d’Enguinegatte et de Delettes… Les citoyens sont invités à investir dans de nombreux projets dont le but est de produire de l’énergie verte, vendue ensuite à EDF ou à une autre régie d’électricité.

Certains sautent le pas pour « protéger l’environnement« , d’autres afin de « créer de l’emploi ». D’autant plus qu’ils peuvent aider en mettant sur la table des « petites sommes ». Le minimum est de 25 euros. À noter qu’en donnant 100 euros, par exemple, le contributeur verse en réalité 103 euros pour les frais de fonctionnement de la plateforme Lumo, l’une des premières plateformes à obtenir le précieux sésame de conseiller en investissements participatifs, en 2014.

À lire aussi : Humaid, le crowdfunding solidaire

Remboursement avec intérêts

Contrairement à ce que proposent Ulule ou KissKissbankbank, l’argent récolté n’est pas rendu aux porteurs de projets si ces derniers ne parviennent pas à atteindre leur objectif dans le délai fixé à l’avance. Et si le projet est réussi, avant la date limite, la campagne prend fin, alors que, sur d’autres plateformes, le projet peut atteindre plus de 100 %.

Une fois la campagne terminée, si elle est victorieuse, le porteur du projet rembourse petit à petit les participants. Et ce, pendant 3 à 15 ans, en fonction des initiatives. Sans oublier les intérêts qui varient de 3 à 7 %. Versés chaque année, ils sont imposés selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Un revenu en euro, donc, mais pas seulement…

« Tous ceux qui auront participé au financement d’une centrale solaire recevront des SolarCoins« , précisait, l’an dernier, Alex Raguet, le co-fondateur de Lumo, sur latribune.fr. C’est une crypto-monnaie lancée en 2014 par la Fondation SolarCoin, censée récompenser les producteurs d’énergie solaire. Un SolarCoin équivaut à un megawattheure produit. « L’objectif étant que cette monnaie puisse être utilisée lors de transactions avec des commerçants, fournisseurs de services ou autres partenaires du projet« , écrit le site Sciences et avenir.

Vidéo de présentation

Lumo en 15 secondes from Lumo on Vimeo.

up81Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Demain, tous contributeurs  ? », dans la 8ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

  •  
  •  
  •  

Commentaires