EXTRAIT – Si on lui avait dit il y a un an qu’elle serait candidate à l’élection présidentielle de 2017, Charlotte Marchandise ne l’aurait pas cru. Depuis qu’elle a été désignée vainqueure de LaPrimaire.org, cette mère de famille de 42 ans sillonne le territoire français pour faire campagne. Objectifs : réinventer la politique pour laisser la place aux citoyens, et sortir d’un système de partis.

La première fois que nous avons rencontré Charlotte Marchandise, c’était en septembre 2016, dans un espace de co-working parisien. Cette femme de 42 ans, jusqu’alors inconnue du grand public, avait fait le déplacement depuis Rennes pour venir défendre sa candidature citoyenne, lors du premier Café citoyen organisé à l’initiative des deux fondateurs de LaPrimaire.org.

Partant du constat que 9 Français sur 10 ne font plus confiance à leurs gouvernants, David Guez et Thibault Favre ont eu l’idée de créer, en 2014, un scrutin alternatif. Sur une plateforme numérique, les internautes pouvaient y désigner un candidat issu de la société civile et indépendant de tout parti politique.

Si plus de 200 Mr et Mme Tout-le-monde ont présenté leur candidature, ce 23 septembre, ils n’étaient donc plus que 16 en lice, puis seulement 5 en novembre dernier. Enfin, à l’issue de débats citoyens organisés dans toute la France, le vote finale a désigné, le 31 décembre, Charlotte Marchandise, comme vainqueure de cette première primaire citoyenne, remportant l’élection avec 50,64 % des voix sur 32 685 votants.

À lire aussi : Démocratie : et si des représentants politiques étaient tirés au sort ?

Un engagement politique récent

C’est le milieu associatif, dans lequel elle est engagée depuis ses 17 ans, qui l’amène en 2014 à faire ses premiers pas en politique. « Etant très intéressée par les questions de gouvernance associative, j’étais régulièrement au contact des acteurs politiques », explique cette ancienne gérante d’un bar culturel. Quand aux dernières élections municipales de Rennes, en mars 2014, la liste « Changez la Ville » – composée de 30% EELV, 30% Front de Gauche et 30% Citoyens -, lui propose de la rejoindre, la militante humaniste hésite puis accepte.

« Le fait de garder mon indépendance en tant que membre de la société civile m’a convaincue. » Elue après une fusion avec la liste PS au second tour, elle est nommée adjointe déléguée à la Santé. « À côté de cela, je travaille comme consultante-formatrice, souligne-t-elle. Car, la politique n’est pas un métier»

Magazine UP le mag n°15Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez la suite de l’article dans la 15ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires