•  
  •  
  •  

Une nouvelle solution offre la possibilité, aux généreux adeptes du réseau social aux 140 caractères, de donner à l’association de leur choix en écrivant un simple tweet. Avec GoodTweet, le don en ligne peut-il devenir viral ?

Alors qu’il est déjà possible de faire un don par SMS ou même l’arrondi à la caisse de certains magasins, une toute nouvelle solution permet à présent aux internautes de faire preuve de générosité via Twitter. Un moyen étonnant et pourtant pas si bête, quand l’on sait que la plateforme génère plus de 15 millions de visiteurs uniques par mois rien qu’en France.

À la conception du dispositif, nous retrouvons la startup française Heoh, spécialisée dans la création de solutions de collectes de dons, épaulée par Faircom, le réseau international leader de fundraising, pour la partie marketing et distribution. L’idée : faciliter l’action de don pour les utilisateurs de Twitter, mais aussi faire profiter aux associations de la viralité du réseau pour collecter plus rapidement.

À lire aussi : Des micro-dons pour de grandes causes

Comment ça marche ?

Pour transférer son argent à une association caritative en tweetant, il suffit de créer un compte sur le site goodtweet.fr, choisir une association, un montant (1€ minumum) et renseigner les chiffres de sa carte bancaire. Après ce premier don, plus besoin de revenir sur la plateforme. Dès que vous souhaitez aider une association ou une cause, il n’y a plus qu’à écrire directement un message sur Twitter, en mentionnant l’association partenaire de son choix, Heoh et GoodTweet (exemple : je donne 10€ à @Enfantsdumek avec @HeoH_ #GoodTweet). Une quarantaine d’associations et de fondations sont déjà référencées par Heoh.

Une solution innovante expliquée en vidéo.

Les utilisateurs pourront récupérer leurs reçus fiscaux sur leur compte goodtweet.fr, afin de les déduire, à hauteur de 66 %, de leurs impôts sur le revenu. Côté sécurité, pas d’inquiétude. Les informations liées à la carte bancaire restent secrètes pour Twitter et Heoh. Elles sont hébergées sur la plateforme de paiement sécurisée Ingenico ePayments, qui accompagne plus de 65 000 commerçants en ligne. Pour financer toute l’infrastructure de l’innovation, une commission pour Heoh est prélevée sur chaque don et s’élève à 7 % du montant de celui-ci.

À lire aussi : Faites des dons gratuits en regardant des pubs

Solution ou gadget ?

À première vue, l’innovation possède certains avantages. Les dons en ligne sont en pleine croissance, modernisent la solidarité et surtout attirent davantage les jeunes. Contrairement aux idées reçues, les moins de 30 ans sont, depuis quelques années, de plus grands donateurs que les 70 ans et plus. Et ce qu’ils préfèrent, ce sont les petits voire micros dons solidaires sur Internet, le moyen idéal pour donner partout et à tout moment.

En passant par Twitter, GoodTweet permet, en plus, aux associations de faire connaître instantanément leur besoin, leur urgence tout en animant leur communauté. La solution s’avère aussi, pour les grandes structures, plus rentable que les campagnes marketing d’envergure qu’elles ont l’habitude de réaliser. D’un autre côté, les twittos peuvent se faire ambassadeurs de la cause qu’ils défendent en postant de simples messages. Avec 300 millions d’utilisateurs actifs dans le monde, Twitter regorge de potentiel pour les acteurs de la solidarité. S’il est encore bien trop tôt pour connaître l’impact de GoodTweet, nul doute que l’idée fera le #buzz.

up91Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Le don à portée de clics » dans la 9ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires