Dans les supermarchés, les végétaux sont souvent estampillés d’une étiquette autocollante indiquant leur origine. Au-delà d’une utilité discutable, il s’agit surtout d’un déchet à ajouter à la longue liste des emballages polluants. Et si on remplaçait cet autocollant par un marquage au laser bien plus écolo ?

Fini la colle et les étiquettes en plastique apposées sur chaque fruit ou légume des étalages des supermarchés. Un nouvel outil écoresponsable vient de faire son apparition afin d’informer le client sur l’origine du produit sans pour autant créer davantage de déchets superflus : le marquage laser naturel.

Initiateur du projet, le distributeur de fruits et de légumes bio néerlandais, Nature’More, s’est associé à la chaîne de supermarchés suédoise, ICA, et à la société espagnole Laser Food, pour mettre au point et éprouver cette nouvelle technologie d’étiquetage respectueuse de l’environnement.

f5a671d9d6c4bea410b362d344f111d3

À lire aussi : 3 Alternatives aux bouteilles en plastique

À même la peau

La nouvelle méthode de marquage consiste à dépigmenter la couche extérieure de la peau de l’aliment à l’aide d’un laser à haute résolution. N’importe quel logo ou message peut alors être inscrit directement sur la peau d’une banane, d’un kiwi, d’un avocat, etc. Les qualités gustatives et nutritives du produit ne sont pas affectées par le laser. Comme la marque ne transperce pas la peau, elle n’est plus visible une fois celle-ci retirée et, surtout, n’accélère pas le processus de péremption du fruit ou du légume.

La méthode, 100 % écolo, aura toutefois plus de mal à fonctionner sur des aliments à la peau fragile comme les tomates ou les raisins. Aujourd’hui, Nature’More et ICA n’ont expérimenté cette technique que sur des patates douces et des avocats. En Belgique, une autre enseigne teste ce type de marquage sur des courges, tandis qu’au Royaume-Uni, ce sont les noix de coco qui initient les premières cette innovation technologique.

laser-food-560x363

À lire aussi : Pâtisson, un panier de légumes engagé

Des kilomètres de plastique épargnés

Le système Laser Food semble déjà grandement convaincre l’enseigne suédoise ICA : « En utilisant le marquage naturel sur tous les avocats bio que nous vendons, en l’espace d’un an, nous économiserons l’équivalent d’une bande de plastique de 200 km de long et 30 centimètres de large ! », affirme, au Guardian, Peter Hagg, directeur commercial de l’enseigne.

Attentifs aux attentes de ses clients, celui-ci a également remarqué que, « les jeunes consommateurs de bio choisissent leur produits en fonction de l’impact environnemental du packaging ». « L’initiative contente donc les engagements écologiques de la marque aussi bien que celles des particuliers qui viennent y faire leurs achats, poursuit-il. Prochaine étape : développer le marquage au laser naturel aux nectarines, aux pommes et aux melons.

Reportage sur Euronews :

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Le bioplastique aura-t-il la peau du plastique ? » dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires