•  
  •  
  •  

La société Baluchon emploie des personnes en réinsertion via le métier passionnant de la restauration. Née en Seine-Saint-Denis, un territoire affecté par le chômage, elle participe à la belle dynamique pour l’emploi en place dans le département.  

La Seine-Saint-Denis est le département d’Île de France affichant le plus fort taux de chômage, avec 13,1 % selon l’INSEE. Néanmoins, le département ne reste pas les bras ballants. Il développe, depuis quelques années, un plan départemental d’insertion qui accompagne des initiatives associatives : elles ont pour vocation de faciliter le retour à l’emploi de personnes en difficulté. Un programme qui a ses résultats, même s’ils ne pallient pas complètement au problème du chômage. Sur la seule année 2015, près de 4 000 personnes ont été recrutées dans ce contexte d’insertion. Parmi eux, 70 % ont trouvé un emploi ou une formation.

À lire aussi : L’insertion pro est un jeu d’adulte 

Des emplois qui font recette

Sur le terrain, une structure se démarque par son activité dans le domaine de la restauration : Baluchon. Cette activité commerciale, née en 2014, de l’association À table citoyens, elle-même créée en 2012, vise à cuisiner harmonieusement l’emploi de proximité avec le développement durable. La structure souhaite favoriser l’accès des citoyens à une alimentation saine et durable, notamment lors d’animations de quartier. Son fondateur, François Dechy, ancien diplômé de Sciences Po Paris, avait déjà travaillé pendant huit ans au sein de la structure Avenir, qui accompagne les personnes en difficulté à développer leur projet d’entreprise.

Un camion de chez Baluchon. Crédits : Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

Un camion de chez Baluchon. Crédits : Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

Baluchon est donc le prolongement logique des activités de son association-mère. L’entreprise d’insertion a développé quatre types de prestations : des dîners livrés dans des bureaux d’entreprises franciliennes (comptez entre 5 et 15 euros), des comptoirs de saison installés dans des quartiers de Paris et de Romainville, des plateaux-repas (tarifs allant de 16 euros 50 à 38 euros) ainsi qu’un service traiteur dont le prix dépendra de votre commande. Baluchon fournit ses plats à quelques 2 000 entreprises, « aussi bien auprès de grands groupes comme Orange que des associations comme Emmaüs ou des régies de quartier, ce n’est pas une offre réservée aux entreprises classiques », ajoute Louise Fourquet. Des clients satisfaits… et qui en redemandent. « Nous arrivons à les  fidéliser et on en est très heureux », déclare la responsable.

À lire aussi : Anti-gaspi : les confitures 100 % récup

Chez Baluchon, un cuisinier transmet son savoir faire aux plus jeunes. Crédit : Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

Chez Baluchon, un cuisinier transmet son savoir faire aux plus jeunes. Crédit : Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

Un cercle vertueux au dessert

Le point commun de ces prestations ? Leurs produits sont frais, et de saison ! « On fonctionne en direct avec de gros producteurs d’Île-de-France et, vu que nous avons des volumes conséquents et qu’on s’engage à produire un certain type de plats qui doivent sécuriser nos approvisionnements, nous travaillons avec un maraîcher spécialisé dans l’approvisionnement français », explique Louise Fourquet.

L’engagement de Baluchon est aussi de former professionnellement des personnes qu’elle emploie en insertion. « Nous avons une cinquantaine de salariés en insertion ou en formation. Notre recrutement se fait via les partenaires locaux de l’emploi, comme Pôle emploi par exemple », détaille Louise Fourquet. Régulièrement, une personne de chez Baluchon fait un point avec les salariés en insertion sur leur projet professionnel.  Une activité solidaire qu’elle développe aussi via son réseau d’accompagnement de jeunes pousses… qui soutient, entre autres, le projet des confitures rebelles.

UP11Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « La cuisine mobile, c’est bon comme un camion » dans la 1ère édition d’UP le mag.

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires