•  
  •  
  •  

Comme un Français sur cinq, vos nuits sont perturbées par des insomnies ? UP le mag revient sur les bonnes pratiques, qui vous aideront à trouver le sommeil, et s’interroge sur les technologies. Sont-elles sources de troubles ou porteuses de solutions pour mieux dormir ?

Selon une étude réalisée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) en 2012, les Français dorment en moyenne 7h13 par nuit, un temps de sommeil réduit à 6h55 en semaine pour les actifs. Bien que le temps de repos nécessaire soit propre à chacun (certains seront reposés après une nuit de 6h quand d’autres auront besoin d’au moins 9h), il faut savoir que la durée moyenne de sommeil se situe autour de 8h de repos pour un adulte. Aux vues des statistiques, les Français ne dorment donc pas assez.

La plupart tente ensuite de récupérer son retard le weekend (la fameuse grasse matinée) sans pour autant parvenir à combler entièrement ce qu’on appelle une dette de sommeil. Un Français sur cinq serait aussi concerné par des problèmes d’insomnies chroniques, c’est-à-dire par des difficultés d’endormissement, des réveils fréquents durant la nuit ou encore un sommeil peu réparateur. Résultat : de la fatigue évidemment, mais aussi un risque accru de développer des maladies cardiaques, des problèmes psychologiques, voire une dépression.

Les troubles ne sont pas tous les mêmes selon la start-up Dodow, qui dresse plusieurs profils.

Les troubles ne sont pas tous les mêmes selon la start-up Dodow, qui dresse plusieurs profils.

À lire aussi : Quand les jeunes sensibilisent les jeunes sur leur santé

Les conseils basiques à appliquer

Les conseils pour mieux dormir semblent évidents mais il n’est pas anodin d’en faire le tour si l’on souffre d’insomnie. À commencer par l’écoute de son rythme de sommeil et des signaux, tels que les bâillements et les paupières qui s’alourdissent, qui vous indiquent quand il est temps de vous coucher. En soirée, il faut absolument éviter les excitants, tel que le café, ne pas manger en trop grande quantité et éviter l’alcool. Il est aussi recommandé de ne pas faire de sport passé 18h et de ne pas fumer au moins quelques heures avant le moment d’aller dormir. L’anxiété et le stress étant les principales causes d’insomnie, il est préférable d’en profiter pour se relaxer, en prenant un bain tiède ou en effectuant des exercices de respiration par exemple.

Enfin, et c’est bien connu, il vaut mieux lire un livre que rester scotché sur ses écrans. La lumière bleue qui  émane des télévisions, ordinateurs, tablettes ou smartphones, a un impact négatif sur notre rythme circadien, traduction, sur notre horloge biologique. Alors qu’il s’agit d’activités aujourd’hui très rependues en soirée dans tous les foyers français, s’adonner aux nouvelles technologies altère sensiblement la qualité du sommeil, rend plus difficile l’endormissement et provoque davantage de troubles.

À lire aussi : 5 pistes pour une digital detox réussie

Des technologies pour nous aider à dormir ?

Ces dernières années, une multitude de gadgets nous promet des nuits plus douces et plus belles. C’est le cas de nombreuses applications sensées nous aider à mieux comprendre notre rythme circadien, comme Mon coach sommeil, conçue par des spécialistes du Réseau Morphée, par exemple. On trouve aussi divers objets connectés qui vont s’appuyer sur nos respirations ou nos battements cardiaques pour, notamment, nous réveiller au moment le plus opportun de notre cycle.

Le Dodow entend nous aider à nous endormir à l'aide d'une lumière projetée au plafond. (Crédit : Dodow)

Le Dodow entend nous aider à nous endormir à l’aide d’une lumière projetée au plafond. (Crédit : Dodow)

Au-delà de l’analyse, une start-up française a imaginé Dodow, un objet qui projette une lumière au plafond et sur laquelle l’utilisateur doit synchroniser sa respiration. En se concentrant sur la lumière, le flux de pensées diminue, ce qui permet de s’endormir plus vite. Un objet qui semble fonctionner sur certaines personnes et qui paraît correct au regard de son prix (49 €) et de la promesse d’un remboursement si aucun effet n’est constaté.

Pour autant, une autre étude, de la National Sleep Foundation en 2015, révèle que les utilisateurs de gadgets ne dorment finalement pas plus  longtemps en moyenne que les autres… Quoi qu’il en soit, selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, si vous sentez que vous souffrez de troubles de sommeil, mieux vaut ne pas attendre des mois ou des années pour consulter son médecin généraliste. Celui-ci pourra vous apporter des conseils personnalisés ou vous diriger vers un centre du sommeil, capable d’effectuer des analyses nettement plus poussées que via de simple applications.

up71Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Dans la joie et la bonne humeur » dans la 7ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

  •  
  •  
  •  

Commentaires