Un peu partout en France, des amateurs de mousse se rassemblent pour brasser leur propre bière. Un moyen de redonner du pouvoir au goût et à la convivialité.

Les amateurs de bière ne se contentent pas de la boire, ils la font ! Aux quatre coins de l’Hexagone, des citoyens se réunissent pour des séances de fabrication de bière avec leur propre matériel et leurs propres recettes, sous forme associative. Ce type d’asso existe dans le Nord, en Bretagne, mais aussi à Grenoble, Montpellier et Marseille.

La multiplication de ces initiatives n’est pas surprenante vu l’attrait actuel pour le « faire soi-même », autrement dit le « do it yourself ». Faire de la bière n’est pas si difficile si on est assez méticuleux et patient, d’autant que, grâce à Internet, les échanges de tutoriels et d’astuces sont facilités. Les ingrédients principaux ? Du malt, du houblon, de la levure et du sucre, auxquels on peut ajouter d’autres éléments selon ses goûts. Tout l’art consiste alors à bien respecter les températures et trouver les bonnes recettes. Avoir un bon équipement permet aussi de faciliter toutes les étapes, et de produire en quantité.

À lire aussi : Une bière anti-gaspillage voit le jour dans la Loire

Le retour du goût

Association La BAF

Association La BAF

Parmi les motivations de ces brasseurs amateurs, il y a aussi la recherche de saveurs. « Le but est de lutter contre la standardisation du goût et un marketing qui dicte qui doit boire quoi », affirme Olivier De Graeve, président de l’association Just Beer, à Grenoble. En termes d’expérience pour le palais, une bière maison n’a en effet rien à voir avec la mousse légère des classiques canettes vertes. Mais il faut être patient : après un brassage, compter environ un mois et demi avant de pouvoir savourer, là où certaines grandes marques accélèrent le processus pour faire de la bière en deux jours.

L’association Just Beer est née il y a plus de 26 ans, à l’initiative d’un restaurateur anglais lassé de voir les gens boire de la mauvaise bière. Depuis, le créateur de l’association est retourné en Grande-Bretagne, mais l’association vit toujours. « Nous sommes une dizaine de bénévoles à nous réunir une fois par semaine pour des dégustations. Nous organisons régulièrement des ateliers de brassage », affirme Olivier De Graeve. « Le noyau dur de l’association est certes composé essentiellement d’hommes blancs quarantenaires, mais les séances de brassage attirent un public très varié en termes d’âge, de genre et d’origine », souligne-t-il.

À lire aussi : Un concert… comme à la maison !

Des ateliers festifs

Association La BAF

Association La BAF

À Montpellier, l’association La BAF (Bière Artisanale de Figuerolles), créée il y a quatre ans par trois copains, rencontre un véritable succès, avec 1 400 adhérents. Il faut dire qu’adhérer à l’association est le seul moyen d’avoir le droit de boire les breuvages. Mais l’activité bat son plein. « Nous avons commencé dans une petite cabane. Aujourd’hui nous avons un vrai local financé grâce à une campagne de crowdfunding. Nous brassons 600 litres de bières par mois. Et la vente des bières nous permet de financer les activités de l’association », explique Nicolas Mouquet, président de La BAF.

La BAF joue complètement la carte de la convivialité et de l’esprit bon-enfant. « À chacune de nos séances de brassage, nous nous associons avec des artistes ou des associations du quartier, pour en faire un moment festif », explique Nicolas. Concerts et événements locaux accueillent régulièrement le stand des brasseurs amateurs, dans ce quartier animé de Montpellier. « On brasse surtout du métissage, la bière est un prétexte pour se rencontrer », ajoute Nicolas. Cela n’empêche pas ses membres de redoubler d’inventivité dans leurs recettes. L’association a même suscité des vocations de brasseurs professionnels.

Avertissement : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

up61Ce sujet vous intéresse?

Retrouvez l’article  » Vous prendrez bien une petite mousse ? » dans la 6ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires