À partir du 16 janvier 2017, pour rouler dans Paris, une vignette indiquant le niveau de pollution d’un véhicule devra être obligatoirement collée sur le pare-brise de votre voiture, de votre car ou sur la fourche de votre moto. Tous les conducteurs sont-ils concernés ? Où se procurer cette vignette antipollution ? Up le mag vous aide à y voir plus clair.

Très polluantes, les particules fines, proviennent pour une part importante du trafic routier et entraînent chaque année une augmentation de la prévalence de maladies respiratoires et cardio-vasculaires. Alors pour diminuer la pollution, l’État a mis en place un plan d’action pour la qualité de l’air. Parmi ses mesures phares, le dispositif baptisé « Crit’Air » vise à restreindre le trafic. Grenoble y a eu une fois recours face à un pic de pollution, mais Paris sera la première ville à l’installer durablement.

Dès le 16 janvier 2017, elle deviendra ainsi la première zone à circulation restreinte (ZCR) en France. Pour y circuler, il sera nécessaire de s’équiper d’un certificat qualité de l’air. Sans doute sera-t-il plus efficace que le système actuel d’alternance entre les véhicules équipés de plaques minéralogiques paires ou impaires…

1. Un « certificat qualité de l’air » pour favoriser les véhicules propres 

Ce certificat, qui se présente sous la forme d’une vignette à apposer sur son véhicule, a pour but de décourager les plus pollueurs de circuler dans la capitale, au risque de recevoir une amende. Parallèlement à cela, il vise à donner la possibilité aux utilisateurs des véhicules plus respectueux de l’environnement de bénéficier d’avantages de circulation.

2. Des catégories de vignettes 

Le certificat qualité de l’air concerne tous les véhicules routiers, dont les voitures et les utilitaires légers. Six catégories ont été créées, de la vignette verte des véhicules électriques « zéro émission » à la vignette grise destinée aux vieux diesels Euro 2 immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000. Les vignettes 2 et 3 concerneraient à elles seules 66% des voitures particulières immatriculées en France.

certificat-qualite-de-lair

Et si votre véhicule a été immatriculé avant le 1er janvier 1997, il n’a pas droit à une vignette. De ce fait, il sera exclu de la circulation en semaine de 8h à 20h. Quelles que soient les conditions mesurées sur le plan de la pollution et de la qualité de l’air.

3. La vignette antipollution coûte 3,70 euros

Vous pouvez commander la vignette sur le site www.certificat-air.gouv.fr. Lorsque vous effectuez votre achat, faites attention aux sites non-officiels, qui profitent de l’événement pour soigner leur marge et vous proposer un macaron bien plus cher que le vrai… Pour les délais d’envoi, il faut compter environ une dizaine de jours. Le prix de la vignette anti-pollution est fixé à 3,70 euros. Mais en incluant les frais de port, vous devrez payer 4,18 euros pour l’obtenir.

4. Une amende en cas d’infraction

Pour celui qui ne respecte pas les restrictions d’une zone à circulation restreinte (ZCR), l’amende prévue est la même que pour les contraventions : les automobilistes encourent 68 euros, et les poids-lourds 135 euros. Aucune amende n’est pour l’instant prévue pour un véhicule qui serait en règle mais ne porterait pas de vignettes.

5. Un dispositif d’une portée nationale

Toutes les villes peuvent adopter ce nouveau système de vignettes. Pour le moment, une vingtaine d’autres villes, dont Bordeaux et Lyon, ont répondu à l’appel à projet « Villes respirables », qui inclut ce type de mesure contre la pollution. Mais le processus va prendre du temps : selon le ministère de l’Environnement, il faut en moyenne 18 mois pour qu’un projet aboutisse.

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Les taxis s’engagent pour la planète » dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 6 Avis

Commentaires