CheckFood est une application qui vous permet de suivre les dates de péremption des aliments, permettant ainsi de réduire le gaspillage alimentaire.

Tout est parti d’un hackhaton organisé par la ville de Paris. 5ème gauche, une agence de communication, tente l’aventure et gagne, grâce à son projet d’application : CheckFood. Le directeur général, Arno Pons, prend alors le micro pour promettre de la lancer concrètement.

Depuis un an et demi, c’est chose faite. « Le point de départ de notre idée, explique-t-il aujourd’hui à UP le mag, c’est un chiffre assez dingue : 13% des produits jetés à la poubelle sont sous emballage. Ça veut dire que ces produits-là, si on avait été alerté avant – pour dire attention tel produit dans trois-quatre jours va être périmé – on aurait pu éviter de les gaspiller. »

À lire aussi : La recette des chefs contre le gaspillage alimentaire

Manger ou donner

CheckFood : une interface simple et pratique mais qui actuellement nécessite de rentrer soi-même les produits.

CheckFood : une interface simple et pratique mais qui actuellement nécessite de rentrer soi-même les produits. Capture d’écran

Après avoir scanné ou enregistré manuellement les produits, l’application CheckFood vous alerte quelques jours avant la date de péremption des aliments qui peuplent vos placards ou le frigo. À ce moment-là, deux options sont possibles : soit, vous les gardez, soit vous choisissez l’option : « je donne », qui permet, grâce à la géolocalisation, de signaler votre don à une association proche de chez vous.

Une démarche gagnante pour tout le monde, qui a eu un bon écho. « On a eu beaucoup de téléchargements tout de suite, soit 6 ou 7 000 en quelques semaines », affirme Arno Pons, avant d’ajouter un bémol : « Mais on n’a pas fait évoluer l’application. Aujourd’hui, elle est assez contraignante puisqu’il faut scanner les produits, on en est tout à fait conscient. »

À lire aussi : Mangez moins cher et luttez contre le gaspillage alimentaire

Vers un ajout automatique ?

Il est vrai qu’à l’état actuel, l’application n’est pas facile d’utilisation, bien que l’idée soit particulièrement intéressante, notamment pour les produits frais ou ceux qui se gardent tellement longtemps qu’on en oublie leur existence. C’est la raison pour laquelle le directeur de 5ème gauche estime ne pas être à la recherche de nouveaux utilisateurs mais plutôt dans l’optique de faire évoluer l’appli, en passant à l’étape supérieure.

« On a beaucoup investi. Pour la suite, ça dépend soit du secteur public, à travers un engagement du gouvernement, soit de la grande distribution, qui pourrait se l’attribuer », explique-t-il. En effet, avec les courses en ligne, de plus en plus tendance, il serait possible d’imaginer des systèmes permettant de transférer directement les données sur l’application. Il s’agirait pour l’enseigne d’offrir un service supplémentaire au client tout en luttant contre le gaspillage.

Plus besoin pour l’utilisateur d’ajouter lui-même les informations. Ou pourquoi pas une modification des codes-barres ? En tout cas, Arno Pons, engagé contre le gaspillage alimentaire, ne manque pas d’idées sur le sujet et va même plus loin : « Imaginez, on pourrait savoir ce qui n’est pas consommé et ainsi réguler la production en amont. » Une motivation inépuisable, avec en tête, le pacte « Anti gaspi » lancé en juin 2013, dont l’objectif est de diminuer d’ici 2025 le gaspillage de 50 %. Pour lui, « CheckFood, parmi d’autres, est un des leviers possibles ». En attendant, le 16 octobre 2016, il sera toujours possible de doubler d’efforts avec la journée mondiale contre le gaspillage alimentaire.

UP51Ce sujet vous intéresse?

Retrouvez l’article « Anti gaspillage dans les marchés de gros » dans la 5ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires