Vous ne la connaissez sans doute pas encore, mais ses vertus nutritives en font un complément alimentaire naturel pour tous. La spiruline, cultivée en eau douce, à l’origine dans des lacs du Tchad, est une micro-algue de plus en plus produite en France. 

Elles présente des propriétés étonnantes. « La spiruline est une source importante de protéines végétales complètes (de 55 à 70 %), explique Nathalie de Poix, productrice en Charente-Maritime. Elle contient aussi du fer, présent en général dans le poisson ou la viande », à hauteur de 400 mg à 800 mg par kg – « soit 20 fois plus que le germe de blé ! », écrit Consoglobe.

Il y a aussi, rapporte la productrice, de la vitamine B12, présents dans les aliments d’origine animale ou les crustacés, du calcium, de la bêta-carotène, qui se transforme en vitamine A dans l’intestin. Et, selon le site de la fédération des spiruliniers de France, l’aliment a son rôle à jouer dans la lutte contre la malnutrition dans le monde.

À lire aussi : Trois raisons de manger moins de viande

Des brindilles de spiruline sur la salade ?

« C’est un aliment complet. Il ne lui manque essentiellement que l’oméga 3 et la vitamine C », précise Nathalie de Poix. Selon elle, tout le monde peut y trouver son compte : « Le consommateur fatigué qui cherche un peu de tonus, le sportif en quête d’un soutien alimentaire, le végétarien… » Quand certains la commercialisent sous forme de comprimés, celle-ci ne vend la spiruline qu’en brindilles, à parsemer dans la salade, dans un yaourt, sur la viande après cuisson, et/ou à mélanger avec un jus de fruit pour réaliser un smoothie. Elle propose d’ailleurs des recettes sur son site internet.

Spiruline - récolte

Les adhérents de la fédération des spiruliniers de France produisent 20 tonnes par an. La France est en avance par rapport à ses voisins européens.

« Si les Japonais apprécient ce végétal d’origine aquatique au goût léger, les Français ne connaissent pas encore bien l’aliment. » Or, selon Nathalie de Poix, également présidente de la fédération des spiruliniers de France, cela ne saurait tarder : « Le premier producteur en France a commencé son activité en 1997. En 2009, quand la fédération a été créée, on en comptait une quarantaine. Et, sept ans plus tard, nous avons 130 adhérents et sans doute 150 producteurs dans l’Hexagone. »

À lire aussi : Alimentation : comment trouver des producteurs locaux

Une récolte peu élevée, mais régulière

Sur son site, la fédération met à jour une carte interactive pour que les internautes situent les adhérents, producteurs de 20 tonnes par an. Ces derniers sont répartis principalement dans le Sud de la France et sur la côte Atlantique, certains ne produisent que cette algue, d’autres cumulent avec une activité de maraîchage ou d’aquaculture (poissons).

La fédération des spiruliniers indique l’emplacement de ses adhérents. Pour y figurer, il faut avoir produit au moins douze mois.

La fédération des spiruliniers privilégie une production artisanale et le circuit court. Ses collègues, qui peuvent compter sur une récolte peu élevée mais régulière, vendent leur spiruline sur le marché, dans les magasins bios, et certains en ligne également, comme Nathalie de Poix.

« Mais, attention, la spiruline ne peut remplacer la viande, reconnaît-elle, qui préfère parler de compensation intéressante. Le conseil, c’est d’en consommer de 3 à 10 grammes (qui équivaut à un peu plus d’une cuillère à soupe, NDLR) par jour. Les apports quotidiens recommandés en protéines sont supérieurs à ce que la spiruline apporte… »

Et, d’ailleurs, ça coûte combien, en moyenne ? « 100 grammes permettent une consommation d’environ un mois pour 15 à 20 euros, soit 150 à 200 euros le kilo », répond la présidente de la fédération des spiruliniers.

couv_up13Ce thème vous intéresse ?

Retrouvez « Et la lumière bio fut… » dans la dernière édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 1 Avis

Commentaires