•  
  •  
  •  

La ville devient incontestablement plus verte, grâce à l’implication des collectivités, des associations, mais aussi des startups, comme « Ciel, mon radis ! », qui proposent aux entreprises d’installer des jardins potagers… à côté de la machine à café !

Que l’on dispose de son mini-lopin de terre en pleine ville, ou que l’on choisisse de manger bio et local, ce qui est sûr, c’est que l’agriculture urbaine, qui installe plus de nature en ville, est en plein essor. Cette tendance s’inscrit notamment dans la volonté de laisser un monde plus « vert » aux générations futures.

À lire aussi : Cultivez à la ville comme dans les champs

L’agriculture urbaine, entre ville et nature

Au Canada, la ville de Montréal fête la quarantième année de l’installation de ses jardins communautaires tandis que les Pays-Bas voient de plus en plus d’entreprises désaffectées et des usines abandonnées se transformer en friches urbaines. Comparé à ces pays, qui ont depuis longtemps intégré l’agriculture urbaine dans leur politique, la France est à la traîne. L’hexagone bénéficie surtout d’initiatives associatives lancées çà et là sur notre territoire. Mais elles essaiment !

En Île-de-France, l’agriculture urbaine occupe 73 hectares de surface, selon une étude de l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France Natureparif. Ce sont les jardins familiaux ou ouvriers ainsi que les jardins d’insertion qui sont les initiatives les plus présentes. La région n’entend pas s’arrêter en si bon chemin : elle veut y consacrer 33 hectares de plus d’ici 2020. Cette ambitieuse volonté est le résultat d’une charte pour végétaliser, entre autres, la capitale. La ville a même mis en place un « permis de végétaliser » la voie publique, disponible en quelques clics sur le site Paris.fr.

À lire aussi : Monpotager.com, la culture bio du virtuel au réel

Ciel mon radis, l’entreprise verte

Aujourd’hui, même les entreprises s’y mettent ! En 2014, deux jeunes gens très motivés, Charles et Romain, ont l’idée d’introduire des petits jardins partagés dans des zones d’affaires. Tout commence lorsque les deux jeunes pousses effectuent un stage dans le quartier d’affaires de la Défense. « Notre idée de départ était déjà de végétaliser le lieu de travail, mais aussi de créer du lien entre les gens ».

Romain et Charles (de gauche à droite), deux jeunes pousses engagés - Crédit : Ciel mon radis

Romain et Charles (de gauche à droite), deux jeunes pousses engagés – Crédit : Ciel mon radis

Les deux acolytes décident de créer « Ciel mon radis ». Ils enrôlent très vite Constance, une architecte, qui aide le duo à designer les potagers d’intérieur pour les bureaux. « Le but, c’est d’intégrer un potager dans l’open space, près de la machine à café, dans les couloirs pour y apporter de la nature, et plus précisément des plantes aromatiques », affirme Charles de la Boulaye. Concrètement, l’équipe de « Ciel mon radis » se charge de mettre en place le potager dans votre bureau. Elle plante du basilic par exemple, et c’est ensuite à vous et votre équipe de vous en occuper pendant 6 semaines. Au moment de la récolte, la société se charge d’organiser, avec les salariés, un atelier cuisine ! Une belle façon de responsabiliser les entreprises à l’environnement, mais aussi de créer un lien positif entre collègues. « Quand les gens mettent la main dans la terre, les langues se délient », résume Charles de la Boulaye.

Le concept a séduit des entreprises très importantes, comme Bouygues, Hermès, L’Oréal ou encore Engie, parmi les 20 entreprises participantes. « Ciel mon radis » prévoit, à présent, de s’implanter à Bruxelles, à Lyon et à Nantes. « Nous aurons des relais sur place, des paysagistes et autres acteurs impliqués dans l’agriculture urbaine », affirme Charles de la Boulaye… qui a du grain à moudre.

Le concept expliqué en une minute : 

couv_up13Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Le bio s’installe durablement » dans la 13ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

  •  
  •  
  •  

Commentaires