Saviez-vous que votre usage du web a un impact sur l’environnement ? Bien que ça ne soit pas visible, à l’échelle des milliards d’internautes à travers le monde, les chiffres sur l’empreinte écologique du Web donnent le tournis. Zoom sur 5 écogestes.

Pour chaque recherche effectuée, chaque mail envoyé ou chaque vidéo regardée des ressources minières, d’énergie, d’eau et d’émissions de gaz à effets de serre (GES) sont utilisées. Après vous avoir dévoilé les écogestes les plus incontournables, UP le mag vous dévoile 5 autres bonnes pratiques faciles à adopter pour préserver la planète.

5. On évite les moteurs de recherche

3,3 milliards. C’est le nombre de requêtes effectuées chaque jour sur Google. Pourtant, selon l’ADEME, aller directement sur un site, soit en tapant son adresse, soit en l’ayant enregistré comme « favori » divise par 4 les émissions de GES ! Et quand on a besoin d’un moteur de recherche, pourquoi ne pas opter pour Ecosia ? La startup berlinoise reverse 80 % de ses bénéfices publicitaires à la plantation d’arbres au Burkina Faso.

4. On s’engage pour l’éco-conception des sites Web

Vous ou une personne de votre entourage devez créer un site web ? Faites comme LinkedIn, IBM ou encore La Poste et pensez à éco-concevoir votre site en vous focalisant sur les fonctionnalités essentielles et en éliminant le superflus. Le blog Green IT estime que le poids des pages web a été multiplié par 115 en 20 ans, passant de 14 Ko à 1 600 Ko, sans pour autant apporter de nouveaux services extraordinaires à l’utilisateur.

Pour aller plus loin : « Eco-conception web : les 115 bonnes pratiques : Doper son site et réduire son empreinte écologique », par Frédéric Bordage

3. On surveille son poids

Selon le cabinet de consulting Excelacom, 150 millions de mails seraient envoyés chaque minute dans le monde. L’envoi d’un courriel représenterait environ 20 grammes de CO², mais différerait en fonction du poids et du nombre de destinataires du courriel, selon l’ADEME. En étant vigilant sur ces points et en privilégiant par exemple les liens plutôt que les pièces-jointes, l’impact en termes de GES serait moindre.

Excelacom explique ce qu'il se passe en une minute sur le web.

Que se passe-t-il en une minute sur Internet ? Source : Excelacom

2. On vide sa boîte mail

Le stockage des courriels use aussi de l’énergie. Conserver 30 mails inutiles durant 1 an consommerait 222Wh, soit l’équivalent d’une ampoule laissée allumée toute la journée ! Il est donc temps de s’occuper de ses 572 courriels en attente, de supprimer ses spams plus régulièrement et de se désabonner des newsletters qui ne nous intéressent pas. Pour gagner du temps, un tout nouveau service, Cleanfox, permettrait de nettoyer sa boîte mail en se désabonnant et supprimant toutes les newsletters indésirables en moins d’une minute.

1. On privilégie les data centers 100% green

Pas facile de connaître le type d’hébergement des sites et des services que nous consultons. Parmi ceux qui mettent un point d’honneur à respecter l’environnement, la messagerie éthique Newmanity Mail s’associe à Greenshif, seul opérateur en Europe à proposer des data centers à bilan carbone neutre, comme celui d’Evo Switch aux Pays-Bas, qui hébergent une partie des données de la Wikimedia Foundation.

À lire aussi : 5 écogestes numériques à adopter absolument (Partie 1)

up10Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Elliot Lepers, écolo-geek » dans la 10ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 7 Avis

Commentaires