•  
  •  
  •  

Sous l’égide de l’association de protection animale L214, VegOresto répertorie près de 430 adresses en France proposant au moins un menu 100 % végétal. Une alternative qui pourrait aussi tenter les omnivores.

Selon Bérénice Riaux, chargée de campagne pour L214 et coordinatrice VegOresto, « aujourd’hui, en France, il est assez compliqué d’accéder aux alternatives végétales en dehors de chez soi ». Pourtant, les Français sont de plus en plus sensibilisés aux dérives liées à la consommation de produits d’origine animale.

Face aux chiffres alarmants de l’impact de l’élevage et de la surpêche sur l’environnement, aux images chocs révélant les tristes conditions des animaux dans les élevages et les abattoirs (souvent révélées par les vidéos de L214), sans oublier le rapport de l’OMS sur le lien entre consommation de viande rouge et cancer, il n’est pas étonnant que les Français réfléchissent à adopter un autre régime alimentaire.

À lire aussi : 3 raisons de manger moins de viande

Si 3% sont déjà végétariens, 10% des Français envisageraient de le devenir, selon un sondage de Terra Eco réalisé en janvier 2016. Une partie de la population serait aussi intéressée par le flexitarisme. Traduction : l’adoption d’un mode de vie proche du végétarisme qui consiste à réduire sa consommation de viande sans pour autant la bannir.


La Santé dans l’Assiette fait le point le point sur les diverses expressions.

Le boom des alternatives végétales

Pour Bérénice Riaux, « il fallait proposer des alternatives concrètes à tous ceux qui souhaitaient consommer moins d’animaux ». Une demande grandissante qui se traduit même par l’apparition, ces dernières années, de produits végétariens ou végétaliens au supermarché. En juillet dernier, le géant Danone a même racheté pour plus de 11 milliards d’euros The WhiteWave Food, spécialiste des produits laitiers bio d’origine végétale, affirmant ainsi sa volonté de se positionner en leader de cette nouvelle tendance de consommation.

À lire aussi : J’irai manger chez vous

Une équipe de restaurateurs qui propose des menus vegans sur VegOresto.

1 chef sur 2 signe la charte VegOresto après l’expérience de la « soirée découverte » Lecocq & Folks / VegOresto

Côté restauration, VegOresto s’active, depuis plus d’un an, à mobiliser de plus en plus de restaurants mais aussi des tables d’hôtes, des foodtrucks, des snacks, et même des hôtels. Aujourd’hui, les chefs de près de 430 établissements ont signé la charte VegOresto et ont intégré à leur carte au moins un menu végétalien. « 170 adresses ont déjà une offre végane mais 260 sont des restaurants conventionnels », détaille la coordinatrice, ravie d’avoir sensibilisé des chefs omnivores à une autre cuisine, notamment à l’aide des ambassadeurs VegOresto. Ces 80 bénévoles, répartis dans 30 villes de France, lancent régulièrement des défis aux chefs : créer, pour une soirée, une entrée, un plat et un dessert, le tout 100% végétal. Des « soirées découverte » coordonnées par les ambassadeurs qui se chargent des réservations.

Concernant la qualité du menu proposé, il suffit « qu’elle soit égale au reste de l’offre du restaurateur ». Car comme le rappelle la coordinatrice, avec les systèmes de notation et de commentaire, les restaurateurs ont tout intérêt à fournir de la qualité. « Beaucoup font du fait-maison car, de toute façon, il n’existe pas de ‘préparé’ vegan » , ajoute-elle.

D’ailleurs, l’offre vegane dans les chaînes de magasins pour restaurateurs est quasiment inexistante. Un point sur lequel L214 compte bien faire pression. En attendant, la prochaine étape pour VegOresto sera la sortie de son application d’ici à la fin de l’année. Indispensable.

up81Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Manger bio, respecter l’environnement » dans la 8ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 8 Avis

Commentaires