Des chambres à air de vélos recyclées peuvent se transformer en sacs, trousses de toilettes et même en t-shirts ! C’est le pari gagnant de Fantôme, une marque 100 % made in France qui fait de la récup’ des objets très esthétiques.

Qui sait par quels pays ont transité vos vêtements ? Et avec quelles matières ont-ils été confectionnés ? Pour plus d’éthique et de respect de l’environnement dans votre garde-robe, le « made in France » apparaît comme une solution positive. La marque bordelaise « Fantôme » allie écologie, récup et démarche éthique en assemblant des vêtements à partir de… chambres à air de vélo ! Des déchets récupérés dans les décharges autour de la ville de Bordeaux. Un matériau idéal choisi car il représente une belle alternative au cuir.

À lire aussi : S’habiller made in France, pourquoi et comment ? 

Une histoire de famille

L’idée de Fantôme est née dans la boutique familiale, nommée WAN (We Are Nothing), créée en 2009 à Bordeaux, qui vend déjà des produits locaux made in France. « Lors de cette première aventure, nous étions distributeur France de la marque « Krejci », qui confectionnait des articles de maroquinerie à partir de chambres à air de vélos recyclées, rappelle le responsable de l’enseigne. Doreen, la créatrice, a un jour décidé de se lancer dans d’autres projets et nous a proposé de reprendre sa marque ». La production, jusqu’ici localisée en Bulgarie, fut alors rapatriée en France.

Un modèle de t-shirt de la marque Fantôme, créé à partir de chambres à air de vélo recyclées

Un modèle de leur t-shirt © Fantôme

La belle aventure de Fantôme débute en 2013… et en famille ! Michèle, la mère, Charles, le père, Steven, le frère et Jennie, la sœur, ont eu l’idée de créer une ligne de sacs et de vêtements écoresponsables. « Nous souhaitions travailler en famille, mais il fallait trouver un secteur et des valeurs qui nous plaisaient à tous. Nous nous sommes complètement retrouvés autour de ce défi artisanal, made in France, aux valeurs écologiques, sociétales et éthiques », affirme le responsable de la marque. Pendant que les plus jeunes fondent l’identité visuelle des produits, les parents s’attèlent à leur confection. La ligne directrice de Fantôme ? Comme le disait le scientifique Lavoisier : « rien ne se perd, tout se transforme ! » Une tendance nommée « upcycling », c’est-à-dire la valorisation des déchets dans l’optique de donner un second souffle aux matières.

À lire aussi : 1083, une marque de jeans made in France 

Une affaire qui roule

L’entreprise Fantôme est présente sur Internet où elle propose des produits abordables : comptez 39 euros pour un t-shirt et 175 euros pour un sac de voyage. « Nous avons une boutique en ligne ainsi que la boutique WAN, qui ne vend pas que notre marque, mais une cinquantaine d’autres ! Nous avons également 16 revendeurs à travers la France », ajoute le responsable de la marque.

Un sac Fantôme en chambre à air de vélo recyclée

Un sac Fantôme en chambre à air de vélo recyclée © Fantôme

Fantôme compte bien asseoir sa présence dans le secteur de la consommation responsable. La marque va multiplier sa présence dans des salons et autres forums : les 2 et 3 avril, Fantôme sera présent au salon « Veggie World » à Paris. Ils auront aussi un stand au salon du… made in France, deux ans après leur première participation. La boucle (écolo) est bouclée. Petit bonus éditorial sur leur site web, une belle page est consacrée aux deux vies de la chambre à air de vélo, l’une sur son existence première, et la deuxième sur sa récupération.

up10Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « S’habiller français » dans la 10ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 3 Avis

Commentaires