L’association Quest’handi déploie des « kits d’accessibilité » dans les festivals pour rendre la fête accessible à tous : personnes à mobilité réduite, malvoyantes ou encore malentendantes.

Aujourd’hui, les festivals ne cherchent plus uniquement à être accessibles aux fauteuils roulants, mais à s’ouvrir à toutes les formes de handicap. Avec par exemple des programmes en braille, ou des outils permettant d’amplifier le son pour les malentendants. Reste que ce matériel est parfois onéreux, surtout pour les festivals locaux. C’est pourquoi l’association Quest’handi, basée à Laval (53), a eu l’idée de monter un « kit d’accessibilité ».

Des solutions variées

Composée en grande partie d’animateurs ou de directeurs de séjours adaptés, cette association propose son matériel à tout type de manifestations culturelles et de loisirs. « Au départ, notre idée était d’organiser un festival adapté. Nous avons monté une première édition en 2009, puis une autre en 2012. Mais, ensuite, nous avons été tellement sollicités par des organisateurs de festivals pour notre matériel ou nos conseils que nous nous sommes concentrés sur cette activité », explique Mathieu Legeay, trésorier et membre fondateur de l’association.

Qu’y-a-t-il dans ce « kit » ?  Des boucles à induction magnétique permettant aux personnes portant un appareil auditif de recevoir directement le son du concert dans l’oreille, sans les bruits parasites. Mais aussi un véhicule adapté au transport de personnes à mobilité réduite, des T-Shirt identifiant les personnes pratiquant la langue des signes ou encore un matériel permettant aux personnes malvoyantes d’écouter une audiodescription des concerts. Et bien sûr de l’humain, une priorité pour Quest’handi. « Nous avons un gros réseau de bénévoles mobilisé à chaque événement », précise Mathieu Legeay.

Le kit d’accessibilité de l’association Quest’handi

Kit d'accessibilité

Un outil du kit retient particulièrement notre attention : des colonnes dites RSC (récepteurs somesthésiques collectifs). En d’autres termes, des colonnes en Plexiglas qui vibrent au son de la musique. Cela permet de ressentir le rythme en posant ses mains ou son dos dessus, que l’on soit entendant, sourd, ou malentendant. Quest’handi est l’une des rares associations à disposer de ce dispositif.

Des bénéfices pour tous

« L’idée de ces colonnes vient d’un groupe de musique de Tour, Fumuj, qui a beaucoup travaillé sur l’accessibilité aux sourds et malentendants. Nous les avons contacté pour savoir comment faire fabriquer nos propres colonnes », raconte Mathieu Legeay. Les colonnes remportent un vif succès auprès de tous les publics. « Comme souvent dans les dispositifs d’accessibilité, c’est bénéfique pour tous », souligne-t-il.

Cette année, l’association Quest’handi sera présente dans une dizaine de festivals*. Très prochainement, elle déploiera notamment son kit au festival Au Foin de la Rue, les 1er et 2 juillet, à Saint-Denis-de-Gastines, en Mayenne. Une manifestation avec laquelle l’association travaille en étroite coopération, très avancée sur les questions d’accessibilité. Au Foin de la Rue, il y a par exemple des traductions de concert en langue des signes ou, encore, une application avec des audiodescriptions des artistes. Autant d’initiatives qui nous rappellent que pour faire la fête, plus on est de fous, plus on rit !

* Notamment les festivals Dub Camp (Carquefou, 44), Nuits de la Mayenne, Mégascène (Nantes-44), Festival des tombées de la nuits (Rennes, 35), Quartier d’été (Rennes-35) et Terre du Son (Tours-37).

Magazine UP le mag n°12Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Ça bouge du côté des festoches ! » dans la 12ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !

Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires