•  
  •  
  •  

Et si on rendait plus souvent service à son prochain ? Une initiative française booste l’entraide avec un service de géolocalisation facile et gratuit. Vous avez une heure ? Welp a une mission !

Lancée en mars 2015, la plateforme Welp, contraction de « we help », facilite l’entraide entre ceux qui ont besoin d’une assistance et ceux qui ont envie de donner un peu de leur temps. « On souhaite recréer l’entraide telle qu’elle existait autrefois entre habitants d’un même village », résume Marie Treppoz, co-fondatrice de l’entreprise sociale. « Il y a plein de gens  qui sont des bénévoles en puissance, mais qui ne passent pas à l’acte parce qu’ils n’ont pas le temps ou qu’ils ne savent pas qui et comment aider. Et d’un autre côté, des gens ont besoin d’aide, mais ne peuvent pas s’offrir des services payants, comme un cours particulier à 20€ de l’heure par exemple. »

Des milliers de possibilités près de chez vous

Vous cherchez quelqu’un pour garder votre chien pendant les vacances ou vous accompagner pendant votre jogging ? Au contraire, vous proposez votre aide pour récupérer des enfants à l’école, porter des sacs de courses ou réparer la machine à laver ? Welp propose une multitude de services 100% gratuit ! Les bénévoles n’exigent aucune contrepartie. « Avec Welp, le bénévolat se fait un peu à la carte, simple et sans contrainte », estime Marie Treppoz.

Grâce au système de géolocalisation, inutile de faire des kilomètres pour aider. 4 000 annonces en tous genres et dans toute la France sont accessibles sur le site et, nouvellement, l’application Welp. Les associations, en pénurie de bénévoles, se sont aussi emparées de cette solution pour parer à des pics d’activité occasionnels. « Une annonce sur deux reçoit une proposition d’aide ! », se félicite la fondatrice, avant d’ajouter, « il y a un vrai engagement ! »

Témoignages de welpers

Témoignages welpers

10 000 « welpers » de tout âge

L’initiative compte déjà 10 000 utilisateurs. Sur Welp, chacun peut créer son annonce de demande ou de proposition d’aide. Les « welpers » peuvent ensuite entrer en contact pour organiser la rencontre et pourront ensuite noter et commenter l’expérience sur la plateforme. « Ce ne sont pas forcément des seniors, il y a aussi des jeunes qui souhaitent partager leur passion et même des ados ! », explique Marie Treppoz, qui regrette qu’aucune autre structure ne permette aux très jeunes de faire du bénévolat.

Reconnue d’utilité sociale, Welp se rémunère en proposant, aux grandes entreprises et aux collectivités locales, un service rassemblant tous leurs besoins en bénévolat issus de leur politique RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Ce modèle devra bien sûr faire ses preuves pour que le service reste gratuit aux particuliers. Mais avec une deuxième levée de fonds réussie et la signature du partenariat avec le géant Coca-Cola, l’initiative semble bien partie pour atteindre ses ambitieux objectifs : compter 500 000 utilisateurs d’ici fin 2017 et, pourquoi pas, commencer à s’ouvrir sur l’Europe.

Couv_UP11_recentreeCe sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « S’engager dans les quartiers » dans la 11ème édition de UP le mag

-> Découvrir le sommaire
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 4 Avis

Commentaires