•  
  •  
  •  

Transformer les périodes de chômage en enrichissantes expériences de vie, c’est l’objectif de l’association Activ’Action. La structure aide ceux qui sortent du circuit de l’emploi à retrouver confiance en eux.

3 millions, soit 10% de la population active. Ce sont les effroyables statistiques du chômage en France. Pour un demandeur d’emploi, une trop longue période d’inactivité est synonyme d’isolement social, de perte d’estime et de confiance en ses capacités professionnelles et intellectuelles.

En juin 2014, après avoir vécu eux-même une période de chômage, Pauline Voldoire, Fabien et Émilie Schmitt créent Activ’action pour aider les chercheurs d’emploi : « On sait exactement ce que c’est que de doucement perdre confiance en soi, de s’isoler de peur de répondre aux fameuses questions « que fais-tu dans la vie ? Qu’est-ce que tu deviens ? ». Du coup, quand on s’est aperçus que 95% des personnes en recherche d’emploi subissaient ces troubles psychosociaux, on s’est rendus compte de l’immense potentiel gâché tant au niveau individuel qu’au niveau de la société », nous explique Émilie Schmitt.

Une lutte positive contre le chômage

350 ateliers « Activ’Boost » ont été créés à Paris, Lyon ou encore Bordeaux, pour une participation estimée à 2500 participants. Pendant 3 heures, les chômeurs se redonnent entre eux les moyens de retrouver énergie et estime de soi grâce à des ateliers qu’ils animent eux-mêmes. « Le premier atelier qu’on a testé s’est déroulé avec nos amis, le deuxième avec les amis de nos amis et, dès le 3ème, on ne connaissait plus les participants ! Les retours positifs étaient carrément au-dessus de nos espérances », s’enthousiasme Émilie Schmitt.

Une communauté d’« Activ’acteurs » s’est alors formée et d’autres programmes ont été développés : les « Activ’Drinks » (brainstorming collectif de bonnes idées en construction de projets), l’« Activ’Up » (bénévolat de compétences) et l’« Activ’Coworking » (l’entraide à la recherche d’emploi dans un espace de coworking).

Lire aussi : « Donner sa voiture pour sauver un emploi »

Un cercle vertueux de l’emploi

Mais l’association ne s’arrête pas là. Après avoir formé les « Activ’acteurs », elle espère faire en sorte que ceux-ci animent eux-mêmes des formations, dans un cercle vertueux de l’emploi. Camille, qui a participé à ces ateliers, témoigne : « Activ’Action m’a vraiment aidé à sortir de ma morosité et faire de ma période de chômage une expérience enrichissante ».

Pour l’année 2017, Activ’Action a pour projet de s’implanter dans dix autres villes françaises, et de créer une plateforme web qui permettra à 10 000 demandeurs d’emploi d’avoir accès à la méthodologie de formation pour avoir un moral au top ! Une fois un job décroché, les « Activ’Acteurs » peuvent continuer à participer aux sessions de formation des demandeurs d’emploi. De quoi créer une belle dynamique positive et du lien social.

Des participantes témoignent : 


up71Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez le dossier « Dans la joie et la bonne humeur » dans la 7ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 9 Avis

Commentaires