•  
  •  
  •  

« Il suffit de demander » est le slogan de l’application Eurêkoi, un service public qui permet à chacun de poser des questions à des bibliothécaires, avec une réponse garantie dans les 72 heures.

Avec Internet, nous avons pris l’habitude de consulter un moteur de recherche dès l’instant où l’on se pose la moindre question. Info pratique ou culture G, il nous suffit de taper quelques mots-clés pour obtenir des milliers de résultats. Mais il est parfois compliqué de s’y retrouver parmi toutes ces sources qui s’offrent à nous. La Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou à Paris et le Service de la lecture publique de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont donc eu l’idée de lancer en 2006 un service bien utile, appelé aujourd’hui Eurêkoi (anciennement BiblioSésame).

La prestation se décline en un site, un groupe Facebook et une application mobile. À partir de ces supports, on peut poser toutes les questions qui nous turlupinent. Avec une promesse : recevoir une réponse précise et élaborée de la part d’un(e) bibliothécaire en chair et en os dans les 72 heures. Le réseau Eurêkoi est constitué de 26 bibliothèques en France et 21 en Belgique.

Lire aussi : Bac, exams 2016 : réviser grace à une application basée sur l’entraide

Pas d’objectif de consultation en bibliothèque

4 000 questions et réponses ont été échangées via ce service en 2015. Les utilisateurs émettent toutes sortes d’interrogations sur des thématiques très variées. Certains demandent des informations en lien avec leurs travaux universitaires, d’autres cherchent des sources d’inspiration dans une démarche artistique, des utilisateurs veulent retrouver des titres de livre ou envoient la photo d’une plante pour en savoir le nom.

«Ce service est dans le prolongement de ce que font les bibliothécaires tous les jours. On s’adresse à tous les curieux, pas forcément avec l’objectif d’amener à une consultation en bibliothèque. L’idée est de ne mettre aucune question de côté et d’être le plus précis possible dans la réponse, en allant jusqu’à orienter, si besoin, vers des spécialistes», explique Silvère Mercier, coordinateur du réseau international Eurêkoi.

Captures d’écran des pages d’Eurêkoi

CaptureEurêkoi
Capture d'écran d'Eurêkoi

Un réseau de 180 personnes formées

Un service de coordination réceptionne les questions et les transmet à l’un(e) des 180 bibliothécaires du réseau. Les questions sont alors réparties entre les bibliothèques « en fonction du thème de la question ou de l’origine géographique de la question », précise Silvère Mercier. Une question sur la mer, par exemple, aura plus de chance d’être traitée par la bibliothèque de Brest, spécialisée dans ce sujet.

Mais Eurêkoi ne fait pas de consultation juridique et ne fournit pas non plus de réponse à des questions de concours ou de dissertations – étudiants, ne rêvez pas ! Le service oriente, en revanche, vers des pistes bibliographiques et des références en ligne. Il a également mis en ligne une série de « guides du savoir-trouver », pour apprendre à trouver les bonnes réponses sur Internet. La jungle des ressources web n’aura plus de secret pour vous !

up21Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez l’article « Céline Alvarez, l’institutrice (r)évolutionnaire » dans la 2ème édition d’UP le mag

-> Découvrir le sommaire et le numéro
-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 0 Avis

Commentaires