•  
  •  
  •  

La fête des mères approche et vous avez envie d’offrir un très beau cadeau ? Et si vous optiez pour un bijou équitable, respectueux des Droits de l’Homme et de l’environnement ? Une attention qui fera à la fois plaisir et honneur à vos valeurs.

Mines aux mains de milices armées, esclavage, travail d’enfants et pollution, le prix à payer pour s’offrir de nouveaux bijoux est bien plus élevé qu’on ne le pense. Les médias et les ONG dénoncent de plus en plus ces conditions inacceptables pour informer les consommateurs.

« Ils ont mesuré l’impact qu’ils peuvent avoir en ayant des achats cohérents avec leurs valeurs. Les clients qui recherchent, d’eux-mêmes, de l’or équitable sont beaucoup plus nombreux qu’avant », estime Hélène Grassin, alias Paulette à Bicyclette, la première marque de joaillerie labellisée Fairmined en France.

 « Pas une tendance mais une prise de conscience »

Ce label, créé en 2009 par l’Alliance pour des Mines Responsables, permet une totale transparence d’un bout à l’autre de la chaîne. Depuis trois ans, la palme d’or du Festival de Cannes utilise, d’ailleurs, cet or équitable labellisé. « Ce n’est pas une tendance mais une prise de conscience », considère Hélène Grassin.

« Fairmined garantit qu’aucun enfant n’a travaillé dans les mines, que les hommes et les femmes ont eu des salaires équivalents, avec un revenu minimum décent, qu’ils ont travaillé dans des galeries sécurisées et que les mines qui utilisent encore du mercure et du cyanure ne les rejettent pas dans l’environnement », explique la joaillière.

Un impact concret pour les mineurs

L’or éco-responsable est aussi vecteur de progrès social. « On a calculé concrètement quel était l’impact social de nos bijoux. Par exemple, une bague de 10 grammes génère directement un mois de salaire pour un mineur d’or Fairmined », annonce fièrement Paulette à Bicyclette. Grâce à ses partenaires, le label reverse une prime permettant un développement économique et social local, notamment la mise en place d’infrastructures de santé et de scolarisation.

De l’or aux pierres précieuses

Le coût est évidemment plus élevé pour le consommateur, mais aussi pour le joaillier, qui ne répercute pas complètement le surcoût engrangé. Un argument qui peut expliquer en partie le faible engagement des acteurs du secteur. « On est encore peu nombreux parce qu’il faut baisser ses marges, avoir des délais de fabrication beaucoup plus longs et des processus de fabrication plus compliqués », commente-t-elle.

« Mais ça va changer dans les années qui viennent. Il y a un vrai mouvement de prise de conscience global. J’ai beaucoup de confrères qui songent à sauter le pas alors qu’au départ on nous regardait comme des hurluberlus ».

La certification Kimberley permet d’assurer que les diamants ne financent aucun conflit. Du côté des pierres précieuses, les lignes bougent également. « On va bientôt pouvoir élargir la gamme car on arrive enfin à trouver des pierres précieuses équitables », se réjouie Hélène Grassin. « L’idée c’est vraiment que toutes les mines deviennent équitables et je suis optimiste ! »

Trouvez des bijoux équitables chez Paulette à bicyclette, April Paris et JEM.


  •  
  •  
  •  
Info inspirante ?
Avis des lecteurs 2 Avis

Commentaires