•  
  •  
  •  

Le 1er juillet prochain, exit les sacs plastique à usage unique en caisse des magasins ! La loi Royal prévoit leur interdiction pour endiguer la pollution et préserver les écosystèmes. Que propose exactement cette loi ? Qu’est-ce que ça va changer pour nous et nos habitudes ? Et surtout, quelles sont les alternatives à ce « bon » vieux sac plastique ?

La loi Royal, relative à la transition énergétique pour la croissance verte, interdira dès le 1er juillet 2016, la distribution de sacs plastique à usage unique en caisse de tous les commerces. Oui mais, tous les sacs ne sont pas encore concernés. Pour l’heure, il s’agira de bannir uniquement les sacs plastique dont l’épaisseur est inférieure à 50 micromètres (0.05 millimètres). Les sacs plastique réutilisables et les sachets pour emballage alimentaire, distribués au rayon fruits et légumes par exemple, resteront autorisés quelles que soient l’épaisseur et la matière plastique utilisée.

Pour aller plus loin : Ségolène Royal met fin à la distribution des sacs plastique jetables.

Une petite habitude, un immense impact

Depuis dix ans déjà, le retrait des sacs plastique à usage unique s’opère progressivement en France. Leur nombre serait passé de 10 milliards en 2002 à 700 millions en 2011. Un succès mais surtout un symbole qui prouve que les Français peuvent changer leurs habitudes pour adopter un comportement plus responsable.

Car il faut savoir qu’un sac plastique aurait une durée d’utilisation moyenne de 20 minutes entre le moment où on paie ses achats et celui où on range ses produits dans notre réfrigérateur. Or, ces sacs plastique mettent en moyenne 450 ans pour se dégrader naturellement ! En 2010, on estimait à 8 milliards le nombre de sacs en plastique jetés dans la nature en Europe…

L’AFP nous explique le phénomène des continents plastique, vastes zones de déchets plastiques polluant les océans.

Les alternatives sont là !

Largement utilisé aux États-Unis, le sac en papier, biodégradable et recyclable, pourrait prochainement devenir populaire. Attention toutefois à sa provenance. S’il n’est pas issu de papier recyclé, dirigez-vous vers les labels comme le FSC qui garantit une gestion responsable des forêts.

Les sacs en plastique composés de matières biosourcées, comme l’amidon de maïs ou la fécule de pomme de terre sont biodégradables et même compostables ! Exit le pétrole, vive l’agriculture ! Comme pour le bois, des labels vous permettront de reconnaître les produits issus de matières biosourcées. Mais le bioplastique reste deux à quatre fois plus cher à fabriquer, ce qui freine grandement son développement.

Solides, les sacs réutilisables en toile, 100% coton biologique, sont également recyclables. WWF propose plusieurs cabas sur sa boutique pour vous permettre de limiter votre impact sur l’environnement tout en finançant ses actions. Enfin, la plateforme Factory Chic vous permet de personnaliser votre sac en coton biologique. Une bonne idée pour transformer notre simple sac de course en objet de valeur, qui nous ressemble et qu’on n’hésite pas à emporter partout.

Le site du gouvernement nous conseille de changer nos habitudes.

sacs

up10

Ce sujet vous intéresse? Retrouvez l’article « Plastique : alternative action ! » dans la 10ème édition d’UP le mag.

Dossier spécial : Qualité de l’air – Comment mieux respirer demain ?

-> Découvrir le sommaire et le numéro

-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


  •  
  •  
  •  

Commentaires