Du mur au sol, les matériaux utilisés dans les habitats peuvent être sources de pollution. Bien s’informer permet de mieux s’équiper.

  • Les étiquettes

Depuis septembre 2013, tous les matériaux de construction et de décoration doivent comporter une étiquette indiquant leurs émissions dans l’air intérieur. Cet étiquetage indique le niveau d’émissions de composés organiques volatils des matériaux, avec une notation allant de « A+ » (le produit émet très peu ou pas du tout) à « C » (le produit émet beaucoup).

  • Les fiches produits

La base de données publique et nationale de référence des caractéristiques environnementales et sanitaires INIES (http://www.inies.fr) permet de trouver des informations sur les différents matériaux. Chaque produit peut être retrouvé en fonction de son nom et de sa description. On peut aussi se rendre sur le catalogue pour consulter les différents produits référencés en fonction de leur catégorie ou leur marque.

  • Tout ne dépend pas du matériau

Il ne faut pas seulement se demander «quels» matériaux, mais aussi «comment». Car les émissions dépendent aussi de la manière sont installés les matériaux, notamment de leur place, des systèmes de ventilations et de la combinaison avec d’autres matériaux. Par exemple, des matériaux sensibles à l’humidité, ou intégrés dans un espace mal ventilé, peuvent favoriser le développement de moisissures à l’origine d’autres pollutions de l’air (spores, allergènes).

Retrouvez l’ensemble de nos conseils sur la qualité de l’air en fiches téléchargeables ici.

couv_up_le_mag
Retrouvez également le dossier sur la qualité de l’air « Comment mieux respirer demain ? » dans UP le mag n°10 :

-> Découvrir le sommaire

-> Abonnez-vous pour recevoir ce numéro ou achetez-le dès maintenant !


Commentaires