•  
  •  
  •  

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que le changement climatique entraînera près de 250.000 décès supplémentaires dans le monde, entre 2030 et 2050. Une prévision alarmante, qui sera au cœur des discussions de la COP21. UP vous explique pourquoi le changement climatique est devenu une urgence sanitaire.

 

Les épidémies transmises par les insectes 

Le paludisme : « Le moustique porteur du paludisme a besoin d’une certaine température pour se développer », souligne dans un article de Challenges Robert Sebbag, vice-président Accès au médicament chez Sanofi, attaché des hôpitaux de Paris pour les maladies tropicales, parasitaires, et le sida. Chaque année,ce moustique fait déjà 800.000 victimes et pourrait étendre son territoire avec le réchauffement climatique.

La dengue : Transmise par le moustique tigre, cette maladie connaît une expansion fulgurante. « En France, elle se limite plus aux  DOM-TOM mais atteint dorénavant le Midi, où le moustique tigre remonte progressivement dans la vallée du Rhône » écrit Challenges, rappelant que deux cas ont été diagnostiqués pour la première fois près de Nîmes, en août 2015. Selon l’OMS, une personne sur deux vivra dans des zones infestées par la dengue d’ici 2080.

La maladie de Lyme : Transmise par les tiques,  elle couvre désormais des zones de plus en plus larges, notamment en France.

La pollution de l’air 

La pollution de l’air provoque des maladies respiratoires, tuant chaque année sept millions de personnes, selon les calculs de l’OMS. L’ozone et les autres polluants présents dans l’air exacerbent les maladies cardiovasculaires et respiratoires, d’autant plus avec l’augmentation de la température.

Le pollen et autres aéroallergènes sont également plus élevés en cas de chaleur extrême. Conséquences : le déclenchement des crises d’asthme, une maladie dont souffrent environ 300 millions de personnes, selon l’OMS.

La canicule contribue directement à la mortalité par maladies cardiovasculaires ou respiratoires, en particulier chez les personnes âgées. Pour rappel, l’été 2003 en Europe a été particulièrement meurtrier avec plus de 70 000 décès supplémentaires, selon l’OMS.

Sur les terres 

Le réchauffement climatique provoque la réduction des surfaces agricoles, et augmente donc la malnutrition. Un danger qui compromet l’atteinte d’un des objectifs du développement pour le millénaire, l’éradication de la faim dans le monde. En 2015, 795 millions de personnes sont encore sous-alimentées, dont 95 millions d’enfants de moins de cinq ans.

L’eau 

Outre les sécheresses et la difficulté de s’approvisionner, les précipitations devraient être de plus en plus aléatoires rendant difficile la disponibilité d’eau douce. Un problème pour l’hygiènemais aussi le risque de maladies diarrhéiques. Elles tuent près de 600 000 enfants âgés de moins de cinq ans par an.

Les mouvements migratoires 

Liés aux secousses politiques ou au changement climatique, les mouvements migratoires entraînent une recrudescence de la tuberculose. Chaque année, cette maladie tue deux millions de personnes. Un chiffre qui risque d’augmenter avec les crises que connaissent les populations à travers le monde.


  •  
  •  
  •  

Commentaires