Dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 octobre, n’oubliez pas de réglez vos réveils ! A 3h00 du matin, il sera à nouveau 2h00. Retour sur les bénéfices écologiques du changement d’heure instauré en France depuis 40 ans.

Ce weekend, pensez bien à effectuer le changement d’heure sur tous vos appareils qui ne passent pas automatiquement à l’heure d’hiver. Dans la nuit de samedi à dimanche, à 3h00, il sera à nouveau 2h00. Il vous faudra donc reculer et non pas avancer vos montres. La mesure a été adoptée en France en 1975 et permet de faire correspondre les heures de travail avec l’ensoleillement pour économiser l’énergie. Concrètement, selon l’étude datée de 2009 de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le changement d’heure a permis une économie de 440 GWh en éclairage sur l’année soit la consommation d’environ 800 000 ménages pendant un an. Le bénéfice en terme d’économie d’énergie est donc réel et devrait le rester jusqu’à l’horizon 2030, toujours selon l’ADEME. A noter également que la mise en œuvre de cette mesure a un coût quasi-nul.

Une mesure impopulaire

Les gains d’énergie ont cependant diminué au fil des 40 années de pratique. Aujourd’hui, les lampes basses consommation et l’éclairage public calé sur le « rythme » du soleil, permettent déjà de belles économies d’énergie et réduisent l’impact écologique du changement d’heure. Une association anti-changement d’heure, « Non à l’heure d’été en France et en Europe », a vu le jour et prône le retour à l’heure d’hiver permanent. En cause, la perturbation des rythmes biologiques et agricoles. En outre, le changement d’heure causerait selon l’association une augmentation du risque de crise cardiaque et d’accidents de la route.

D’après un sondage Opinion Way de 2014, la mesure est très impopulaire en France. 54% des français seraient contre la mesure. A contrario, seulement 19% y seraient favorable. Toujours selon ce sondage, 59% des français ignoreraient que le changement d’heure permet des économies d’énergie. Enfin, 75% d’entre eux estiment que l’impact sur le sommeil, l’alimentation et l’humeur sont négatifs.

Devant tant d’impopularité, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, déclarait en mars dernier qu’une nouvelle étude serait commandée à l’ADEME pour évaluer à nouveau l’impact précis de la mesure. Madame Royal entendait ensuite ouvrir un débat sur le maintien du changement d’heure en 2016. Affaire à suivre…

Impact du changement d’heure, par l’ADEME :

graphique heure


Commentaires